Star Citizen Ile Avalon Pilot Logbook
Carnet de Vol d'un Citoyen de l'Espace

La Force de Défense de Bremen

« BDF »

Avec le lancement de l'Initiative de mobilisation des Milices de l'UEE, le rôle que jouent les milices dans la protection de l'Empire a été mis en avant. La directive actuelle vise à aider à armer les milices civiles, afin qu'elles puissent protéger leur monde et leur système contre les incursions Vanduul et les hors-la-loi. Un système dans lequel les milices ont joué un rôle important pendant des siècles est celui de Bremen - où se trouve la célèbre Force de défense de Bremen, qui est la plus ancienne milice toujours en activité de l'UEE.

Bremen était un système frontalier relativement calme et sûr après sa découverte en 2441. Tout cela a changé avec le début de la deuxième guerre Tevarine. Les armadas de Corath'Thal ont utilisé des tactiques d'insurrection pour mener une guerre imprévisible et changeante contre l'Humanité. Sans savoir où et quand ils allaient attaquer, l'UEE devait lever une force massive et en expansion afin de protéger la population, qu'elle avait du mal à nourrir correctement. C'est alors que le sol fertile de Rytif (Bremen II) est devenu le principal producteur de rations pour les forces de l'UEE.

Cette responsabilité s'accompagnait d'une grande richesse et d'un degré de danger inattendu. L'emplacement de Brême signifiait que le risque d'une attaque des Tevarins était relativement faible, mais les habitants ont quand même remarqué une augmentation des menaces humaines. Ces hors-la-loi ont été assez intelligents pour éviter de cibler les convois militaires, et ont plutôt concentré leurs attaques sur les civils enrichis par l'économie florissante du système.

Philippe Lattimore a failli perdre la vie lors d'une de ces attaques de hors-la-loi. L'octogénaire alerte était un vétéran de la première guerre Tevarine qui a tenté de se réengager dans la Navy lorsque la seconde a commencé. Après que sa demande ait été poliment rejetée, Lattimore a pris sur lui de patrouiller dans le système. Il passa ses journées à répondre à des appels de détresse et à documenter méticuleusement son expérience. Un jour, il a répondu à un appel de détresse, mais il a été submergé par les hors-la-loi qui continuaient à trier leurs dernières prises. Il a à peine survécu à l'attaque et, bien qu'il l'ait échappé belle, cela ne l'a pas dissuadé. En fait, cela l'a seulement rendu plus déterminé à arrêter ce qui se passait à Bremen, et il a réalisé une chose : il n'allait pas pouvoir le faire seul.

En 2605, Lattimore a rencontré Arcturus Koerner, le plus grand propriétaire terrien de Rytif et gouverneur de facto, pour demander des fonds afin de créer la Force de défense de Bremen (BDF). La légende veut que Lattimore ait parlé, sans interruption, pendant plus d'une heure de ses récentes expériences. Il a présenté les rapports détaillés qu'il avait rédigés lors de ses patrouilles, a mis en évidence les statistiques actuelles du système en matière de criminalité et a affirmé qu'il était vital pour les habitants de Bremen de se serrer les coudes pour assurer la sécurité de leur système. Une fois cela fait, Koerner n'avait plus qu'une seule question : "De combien avez-vous besoin ?

Des semaines plus tard, la force de défense de Bremen était opérationnelle. Sous la direction de Lattimore, le taux de criminalité du système a rapidement été réduit de moitié et est resté ainsi pendant des années. Être membre de la Force de défense de Brême est devenu un point de fierté majeur pour ceux qui ne pouvaient pas ou ne voulaient pas se battre pour l'UEE Navy pendant la guerre. Une fière tradition qui se perpétue encore aujourd'hui.

Star Citizen Force de Défense de Bremen (BDF)

Problèmes en Temps de Paix

Après la fin de la seconde guerre Tevarine, la demande des forces armées de l'UEE en denrées alimentaires provenant de Rytif a été fortement réduite, mais le collectif de propriétaires fonciers connu sous le nom de Bremen Mills n'a pas ralenti la production. Ils étaient devenus une puissance économique sur le marché céréalier de l'Empire, et avaient rapidement réorienté leur activité vers la fourniture de nourriture au public. La sécurité de ces livraisons de nourriture était de la plus haute importance, et Bremen Mills réalisa rapidement qu'il était moins coûteux de subventionner la force de défense de Bremen que d'engager des forces de sécurité privées à plein temps.

Cet arrangement a relativement bien fonctionné jusqu'à ce que le marché des céréales s'effondre en 2640. Bremen Mills a subi un grave préjudice financier et a dû réduire les fonds alloués à la BDF. En outre, des millions d'emplois liés au marché céréalier ont été perdus et Bremen a vu sa population diminuer. Soudain, la BDF se trouvait au bord d'un précipice. Manquant de fonds et perdant des membres, beaucoup pensaient qu'il n'avait aucune chance de survivre.

Bien qu'il se soit retiré de la gestion des opérations quotidiennes de la milice en raison de problèmes de santé, Philippe Lattimore s'est à nouveau fortement impliqué pour sauver la BDF. Il a lancé des appels aux particuliers pour qu'ils donnent du temps ou du matériel et a fait appel aux entreprises locales pour qu'elles apportent leur soutien financier. Aujourd'hui plus que jamais, a-t-il fait valoir, Bremen a besoin d'une milice forte pour protéger sa population pendant l'insécurité de cette période économique difficile.

Beaucoup ont résisté jusqu'à ce qu'en 2642, le Travel Safety Advisory System (TSAS) de l'Advocacy fasse passer le niveau de menace du système à "Moyen", son niveau le plus élevé à ce jour. Inquiets que la réputation de sécurité de Bremen soit en jeu, les secteurs public et privé se sont à nouveau engagés à assurer la sécurité du système. Comme la force de défense de Bremen était déjà si profondément enracinée, les autorités se sont dit qu'il serait plus rapide et moins coûteux de la faire fonctionner à pleine capacité plutôt que d'étendre la force de police anémique de Rytif.

Une fois de plus, des fonds publics et privés ont été canalisés vers la BDF et une vaste campagne publicitaire a été lancée pour recruter des volontaires.

Certains se sont opposés à ce que la principale force de défense du système ne soit pas une opération entièrement gérée par le gouvernement, mais il était impossible de contester les résultats, car le niveau de menace du système est rapidement retombé à son niveau antérieur. Cette action a également renforcé la tradition selon laquelle Bremen s'appuie sur les milices plutôt que sur les forces de police normales pour assurer sa sécurité. C'était une pratique unique par rapport à d'autres systèmes, et dont les révolutionnaires allaient finalement tirer parti pour contribuer à la chute du régime Messer.

La Voie de la Révolution

Au fil des ans, un certain nombre d'autres milices ont pris de l'importance à Bremen, mais aucune n'a jamais atteint le niveau de sophistication de la BDF. La réputation de sécurité relative du système a persisté et est restée un motif de fierté. C'est seulement pour cette raison que le régime Messer n'a pas insisté pour qu'un appareil de sécurité plus centralisé et contrôlable soit installé. Avec la montée de la menace Vanduul sur un front et la guerre froide avec les Xi'an sur un autre, le régime Messer ne voyait pas de raison de changer un système qui fonctionnait pour lui. Pourtant, c'est la nature décentralisée de la force de défense de Bremen qui a permis aux militants anti-Messer de l'exploiter à leur avantage.

Selon les rapports publiés au cours de la Commission Vérité et Réconciliation, les Messer ont mené plusieurs opérations simultanées qui ont permis d'implanter des agents loyaux dans la milice pour surveiller son activité. La milice n'a pas adhéré à la politique du régime Messer et a détourné les pressions pour prendre parti sur tout ce qui n'était pas directement lié à Bremen. Ils changèrent leur devise en "Bremen avant tout" et demandèrent aux volontaires de ne pas discuter de la politique de l'Empire pendant leur service. Pour éviter que des individus partageant les mêmes idées ne se retrouvent constamment ensemble, les partenaires de la patrouille ont été choisis au hasard lors de l'appel nominal.

De telles actions ont permis à la milice de conserver son autonomie pendant les siècles de règne de Messer. Alors que l'opinion publique se retournait contre les dirigeants despotiques, une faction courageuse au sein du BDF, à l'insu des autres volontaires, a commencé à utiliser la couverture de la milice pour faire passer clandestinement des militants anti-Messer dans le système. Cette activité a atteint un point culminant après le massacre de Garron II en 2792.

Les événements de cette période de l'histoire de la milice ont été saisis dans The Bremen Beltway, un récit poignant de ce qu'était le travail sur cette partie de la "route révolutionnaire". Le livre a compilé des entretiens avec d'anciens membres de la milice et des militants anti-Messer, des extraits de journaux et des documents gouvernementaux déclassifiés pour brosser un tableau de l'extrême danger que représentait la circulation clandestine de révolutionnaires dans le système. La plupart des militants ont d'abord été passés en douce de leur système d'origine au territoire Xi'an et finalement à Nyx. Bremen est donc devenu le port de réadmission dans l'UEE, et une partie particulièrement périlleuse du voyage. Sans cette porte d'entrée sécurisée vers l'Empire, beaucoup pensent que le renversement de l'Imperator Linton Messer XI n'aurait pas eu lieu aussi rapidement. Cela ne fait que souligner l'importance des hauts fonctionnaires de la BDF pour garantir aux révolutionnaires un passage sûr dans le système.

Depuis près de trois siècles et demi, la Force de défense de Bremen est la norme à laquelle toutes les autres milices sont tenues. Constituée d'une coalition de volontaires dévoués et financée par des intérêts publics et privés, la BDF a placé la sécurité de son système au-dessus de tout. Lorsque RSI a envisagé d'inclure des milices dans le processus de conception du Polaris, la BDF a été leur premier appel. Les membres des milices ont été consultés sur la conception et ont été parmi les premiers à acheter le nouveau navire capital pour leur flotte. Les responsables de la BDF sont impatients de mettre le Polaris en service, pour défendre le système qu'ils estiment être leur responsabilité vis-à-vis de quiconque, afin de protéger

Notes et Références

citizen-logbook.com est entièrement dédié à Star Citizen et Squadron 42. J'ai conçu ce site dans le but de partager mon expérience en jeu sans pour autant avoir la prétention de créer une encyclopédie dédiée au jeu, ni même un site d'information à grande échelle, bien qu'avec le temps le site prend de plus en plus d'ampleur. Il faut voir ce site comme étant un "Carnet de Notes" dans lequel j'ajouterai toutes sortes d'informations. Que cela soit un article, un vaisseau, un système ou même un coup de coeur, coup de gueule, etc. Le site évoluera en fonction de mes envies. Si mes articles vous donnent envie de vous lancer dans cette grande aventure qu'est Star Citizen, inscrivez-vous et recevez un bonus de 5000 UEC à la création de votre compte via mon referral : STAR-QP2M-YLS3.

-- ile-avalon