Star Citizen Ile Avalon Pilot Logbook
Carnet de Vol d'un Citoyen de l'Espace

Un Cadeau pour Baba

Par Will Weissbaum

Un Cadeau pour Baba, 1ère Partie

Yela frappe légèrement à la porte des toilettes du fond :

Daymar ?

Une voix grave et âgée répliqua

Occupé.

C'étaient les dernières toilettes du vaisseau de transport. Soudain, l'espoir que son jeune frère ait disparu pour aller aux toilettes s'est brusquement évanoui, tout comme les chances qu'elle avait de pouvoir se remettre à lire son nouveau livre de sitôt. Bien que, si elle était honnête, le livre était en grande partie responsable de sa situation actuelle. Si elle n'avait pas été si absorbée par la tentative de Lord Falton de récupérer le trône pour la Maison Ashen Grey, elle aurait peut-être remarqué plus tôt que son frère avait libéré son siège.

C'était la première fois qu'ils prenaient le vol seuls et cela tournait déjà mal. Son père avait presque annulé le voyage lorsqu'il avait appris qu'il devait rester pour donner une conférence, mais Yela l'avait convaincu de les laisser voyager seuls pour voir Baba. Bien sûr, tout aurait été plus simple si le père avait accepté son plan initial d'administrer des sédatifs avant le départ. Ça aurait été tellement plus facile ! Si la stase était assez bonne pour les premiers voyageurs de l'espace, pourquoi pas pour son frère et sa soeur ?

Au lieu de cela, lorsqu'il leur avait dit au revoir sur Mars, leur père avait fait promettre à Daymar et Cellin d'écouter leur grande soeur. Jusqu'à présent, Yela avait l'impression que ses deux jeunes frères et soeurs avaient fait presque tout sauf l'écouter.

Même ses demandes les plus simples, comme ne pas toucher à la borne d'achat en vol, avaient été ignorées. Bien sûr, les biscuits à l'avoine étaient ses préférés et c'était plutôt sympa que Cellin les ait commandés pour elle... et ils étaient bien meilleurs que les bâtonnets nutritifs que leur père avait emballés pour eux, et cela signifiait qu'ils étaient tous moins tentés de manger les chocolats fantaisie qu'ils avaient apportés en cadeau à Baba... mais quand même, c'était le principe de la chose. Ces choses n'étaient pas gratuites après tout, et son frère, tout ce qu'elle lui demandait, c'était de rester sur place, et même cela s'avérait trop difficile. Pourquoi devait-il toujours s'éloigner comme ça ?

Yela parcourt une fois de plus sa liste mentale d'endroits à fouiller. Elle avait déjà vérifié le salon, le port d'observation et la salle des hôtesses de vol, et avait parcouru deux fois toutes les allées. Cellin surveillait leurs sièges et ne l'avait pas vu. Si Daymar n'utilisait aucune des toilettes, alors où était-il ? Avait-il trouvé un moyen d'entrer dans la salle des machines ? Était-il blessé ? Quelqu'un l'a-t-il enlevé ? Son coeur s'est mis à battre plus vite à l'idée que son frère puisse avoir des problèmes.

Une voix grave se fait entendre derrière elle :

Tu veux bien bouger ?

Yela a failli sursauter, puis elle s'est retournée pour voir une femme âgée qui essayait de sortir des toilettes.

S'écartant du chemin, Yela a regardé la femme aux cheveux d'argent se frayer un chemin dans l'allée en grommelant.

Détournée de ses préoccupations, elle a pris une profonde inspiration et s'est calmée, se souvenant du conseil que Baba lui avait donné lors de leur dernière visite...

Tant que tu respires encore, tu fais déjà mieux que les milliards de personnes qui sont venues avant toi.

Papa détestait quand Baba disait des trucs comme ça, mais Yela appréciait la façon dont sa grand-mère pouvait toujours mettre les choses en perspective. D'accord, tout n'avait peut-être pas été parfait, mais tout bien considéré, leur premier voyage dans l'espace par eux-mêmes aurait pu se passer bien plus mal. Par exemple, du bon côté des choses, puisqu'aucune des alarmes de pression n'avait retenti, elle savait qu'au moins son frère était toujours sur le vaisseau.

Je te jure, si tu donnes encore un coup de pied dans le siège, je te fais jeter par un sas !

Pour le moment, du moins.

Se précipitant dans l'allée, Yela aperçoit un grand homme au visage rouge qui jette un regard furieux sur la rangée derrière la sienne. La rangée 15. Sa rangée. Et comme elle le craignait, sa petite soeur Cellin était là, fixant l'homme, le visage tout aussi rouge.

J'aimerais bien te voir essayer !

Réplique Cellin.

Oh, tu aimerais, n'est-ce pas ?!?

Cellin, qu'est-ce qui se passe ?

Demanda Yela en s'approchant de la scène enflammée.

Sans quitter des yeux le visage de l'homme, Cellin répondit :

Il disait des choses méchantes sur les gens qui vivent sur Europa.

Cela s'explique. Europa était l'endroit où vivait Baba et Cellin était farouchement protectrice des personnes qui lui étaient chères. Papa la décrivait comme "remplie d'intentions dangereusement nobles".

Ce que je dis ne regarde que moi

A dit l'homme. Il a pointé un doigt épais en plein sur le nez de Yela.

Vous savez combien j'ai payé pour ce billet ?

L'homme a hurlé.

Beaucoup trop pour qu'une petite morveuse me donne un coup de pied...

Avant qu'il n'ait pu terminer sa tirade, la porte du compartiment à bagages situé près de sa tête s'est ouverte en un clin d'oeil. De l'intérieur, un petit visage se dessine. Endormi, le garçon se frotte l'oeil du revers de la main.

On est déjà chez Baba ?

Daymar !

Yela a crié de soulagement.

Salut, Yela. J'ai trouvé un lit superposé comme à la maison

Dit Daymar, avant de tendre un bras vers l'homme.

Aide-moi à descendre, s'il te plaît ?

L'homme, encore un peu déconcerté par le changement soudain des événements, souleva Daymar hors du bac et le posa délicatement sur le sol.

Presque par instinct, Yela lui demande :

Que dis-tu, Daymar ?

Merci

Dit Daymar.

Euh, bien sûr

Répondit l'homme, ne sachant pas trop quoi faire d'autre.

Je vais avoir besoin que vous dégagiez tous l'allée et que vous preniez vos places.

Les informe une hôtesse de vol qui passait par là.

Nous allons bientôt désactiver la gravité pour notre approche.

L'homme semblait se souvenir d'une partie de sa colère à la vue de quelqu'un en uniforme.

Hé, vous. Attendez une minute !

L'hôtesse fit une pause.

Oui, monsieur ?

Vous devez faire quelque chose pour ces enfants. Ils se disputent, tapent dans mon siège et grimpent partout.

C'est vrai ?

L'hôtesse a demandé à Yela.

Yela s'est redressée pour atteindre sa taille maximale (soit cinq centimètres de plus que l'année dernière) et a utilisé sa voix d'adulte la plus sérieuse pour dire :

Il a fait des commentaires fallacieux et blessants sur Europa et ses habitants.

Oh, c'est vrai ?

L'hôtesse a demandé à l'homme.

Eh bien, je...

Cellin est immédiatement intervenu.

Il l'a fait ! Il a dit que les gens d'Europa étaient tous des menteurs de sang-froid et quand j'ai dit que ma grand-mère venait d'Europa, il m'a dit de la fermer, mais je ne voulais pas parce qu'il avait tort, alors j'ai donné un coup de pied dans son siège, et ensuite il a dit qu'il allait me jeter par un sas.

Maintenant, attends juste une minute, ici. Vous ne pensez pas que je...

Commence l'homme, mais l'hôtesse l'interrompt.

Monsieur, pour l'instant, tout ce que je sais, c'est que nous approchons de notre station de transfert et que tout le monde doit s'attacher, même les gens comme vous.

Elle s'est tournée vers les enfants :

Quant à vous trois, venez avec nous. Voyons si nous ne pouvons pas vous trouver un meilleur endroit où vous asseoir.

Sur ce, l'hôtesse fait passer Daymar, Cellin et Yela devant l'homme (Cellin le regardant comme un faucon au passage) et monte les escaliers jusqu'au salon exécutif.

La pièce était élégamment meublée de luminaires en laiton et de bois sombres, tandis que tout le mur avant était tapissé d'un écran qui projetait une vue en temps réel de la trajectoire du vaisseau. C'est beaucoup mieux que ce que l'on pouvait voir sur les petits écrans des sièges. La pièce était en grande partie vide, seuls quelques fauteuils rembourrés étaient occupés.

Nous étions un peu légers aujourd'hui, donc nous avons des sièges supplémentaires ici, mais j'ai besoin que vous me promettiez que vous ne poserez pas de problème si je vous laisse vous asseoir ici.

Nous vous le promettons

Répondent-ils presque à l'unisson, Cellin intervenant juste un peu plus tard que ses frères et soeurs, car elle n'est jamais du genre à prendre une promesse à la légère.

Bien. Maintenant, on va vous attacher dans vos harnais.

L'hôtesse a aidé Daymar et Cellin à positionner leurs harnais zéro-G en place, tandis que Yela a fièrement fait le sien, heureuse des instructions qu'elle avait lues plus tôt dans le manuel de sécurité.

Voilà, tout est prêt

Dit l'hôtesse en ajustant la dernière sangle de Cellin.

Oh, et mon père était aussi originaire d'Europa

Dit-elle avec un clin d'oeil avant de partir pour s'occuper des autres passagers.

Daymar s'enfonça dans l'épais rembourrage du siège avec un soupir confortable.

J'aime être un cadre. Cellin, tu crois que tu peux aussi donner un coup de pied à quelqu'un sur notre prochain vol ?

Oui !

Non !

Cellin et Yela ont répondu respectivement et simultanément.

Préparez-vous pour le zéro-g

Annonça le haut-parleur. Le petit voyant d'avertissement de gravité au-dessus de leur tête s'est allumé, les propulseurs de contre-poussée se sont déclenchés, et un moment plus tard, ils se sont sentis allégés jusqu'à ce qu'ils se pressent contre les harnais des sièges.

En approche finale de la station de transfert Banaru. En attente.

Devant eux, sur l'écran, une petite tache grossissait rapidement jusqu'à ce que l'on puisse distinguer une station spatiale à rayons. De longs bras sortaient de son moyeu central et étaient reliés à un anneau extérieur, lui donnant l'apparence d'une roue de wagon robotisée. La station tournait autour de son axe, utilisant l'accélération centripète pour fournir une gravité à ceux qui étaient à bord. Cependant, à l'approche de leur vaisseau, la rotation a semblé ralentir jusqu'à s'arrêter. Yela a commencé à expliquer à Daymar que ce n'était pas la station qui ralentissait, mais que c'était plutôt leur vaisseau qui avait commencé à tourner à la même vitesse, donnant seulement l'impression que la station s'était arrêtée. Elle aurait bien continué à expliquer les procédures d'amarrage, mais Daymar s'était déjà endormi.

Star Citizen Un Cadeau Pour Baba

La station de transfert Banaru était une ruche d'activité. Située juste à l'extérieur du point de saut Sol-Croshaw, les voyageurs de tous les systèmes arrivaient pour passer des petites navettes locales aux grands vaisseaux. Au fil des ans, Banaru s'est développée grâce au trafic qui y passait et maintenant, comme le proclamaient fièrement les nombreux panneaux installés dans la station, elle possédait un hôtel complet, une aire de restauration exotique et un marché animé. L'aire de restauration était particulièrement populaire auprès des personnes arrivant de Croshaw, car il est recommandé de voler l'estomac vide dans l'espace intersidéral, du moins les premières fois, jusqu'à ce que l'on s'habitue à la sensation.

Dans une section plus calme de la station, les trois frères et soeurs étaient assis sur des chaises près du port d'amarrage E-12, attendant le départ de leur navette pour Europa. Il leur restait un peu plus d'une heure à parcourir - précisément soixante et onze minutes terrestres standard selon Daymar, qui avait appris très récemment à lire l'heure. A travers l'épaisse vitre, Yela regardait le transport sur lequel ils étaient arrivés, après avoir fait le plein et pris de nouveaux passagers, s'éloigner de la station en direction des balises clignotantes du point de saut au loin. Elle pouvait déjà le voir tourner alors que sa rotation était désynchronisée avec celle de Banaru. Aussi excitée qu'elle soit de rendre visite à sa grand-mère, une partie d'elle avait envie de visiter un autre système.

Qu'est-ce que tu regardes ?

Daymar a demandé à sa grande soeur.

Notre vaisseau de transport est sur le point de passer par le point de saut, tu vois ?

Yela désigna l'endroit où le vaisseau attendait de faire tourner ses moteurs.

Ils sont partis sans nous !

S'écria Daymar en se précipitant vers le hublot.

Yela se lève et pose une main réconfortante sur le dos du garçon.

Non, tu te souviens ? Ce vaisseau va à Croshaw. Nous allons prendre un autre vaisseau pour aller chez Baba.

Oh !

Dit Daymar. Une minuscule lumière vive s'est allumée et le vaisseau a franchi l'espace intersidéral, disparaissant de la vue.

Alors pourquoi avons-nous laissé le cadeau de Baba sur celui-là ?

Cellin et Yela ont partagé un regard paniqué avant de vider rapidement leurs sacs à la recherche de la boîte de chocolats qu'ils avaient apportée pour leur grand-mère. Ils avaient choisi les saveurs ensemble chez le chocolatier préféré de Baba à Port Retanus. Elle disait toujours que c'était la chose qui lui manquait le plus dans la vie sur la planète rouge, à part eux trois et leur père, bien sûr. Baba plaisantait même en disant que la seule raison pour laquelle elle s'y rendait encore était pour se réapprovisionner en chocolat.

La première fois qu'ils lui avaient rendu visite sur Europa, ils s'étaient assis lovés sous une couverture pour regarder une tempête de cristal à travers le petit hublot de son atelier. Chacun d'entre eux avait pu choisir un des chocolats de la boîte et Baba leur avait montré comment elle mangeait le contour du chocolat, laissant fondre chaque bouchée, avant d'introduire la garniture dans sa bouche.

Et maintenant, à force d'être distraits par la dispute, ils avaient oublié le cadeau de Baba sur le vaisseau et ses chocolats étaient quelque part dans un tout autre système stellaire.

C'était dans la poche arrière du siège.

Leur a rappelé Daymar.

Tu as dit que je n'avais pas le droit d'y toucher, même si j'ai promis de faire attention.

Pourquoi n'avez-vous pas dit quelque chose !

Demanda Cellin.

Les yeux de Daymar se sont écarquillés comme lorsqu'il était sur le point de pleurer. Yela avait envie de pleurer aussi, mais cela n'allait rien arranger.

Ce n'était pas sa faute. J'ai oublié aussi.

Baba va être furieuse contre nous.

A dit Cellin.

Non, elle ne le sera pas !

Dit Yela.

Si, elle le sera

Dit Cellin. L'idée que Baba soit en colère contre lui suffit à faire craquer Daymar et des larmes coulent sur son visage. Son visage se recroqueville comme s'il était sur le point de crier, mais le son ne vient jamais. Daymar avait toujours été un pleureur silencieux. Leur père disait que c'était comme regarder une vidéo en sourdine.

C'est ma faute pour m'être battu avec cet homme stupide. C'est toujours ma faute.

Et sur ce, Cellin a croisé rageusement les bras et s'est mis à pleurer lui aussi.

Si quelqu'un est à blâmer, c'est moi. J'aurais dû m'en souvenir.

Dit Yela.

C'est moi qui commande.

Tu as raison. C'est de ta faute

A convenu Cellin à travers ses larmes. C'est alors que Yela s'est mise à pleurer elle aussi.

Maintenant, si une autre hôtesse avait été désignée pour les surveiller au port d'amarrage, les choses auraient pu se passer très différemment pour les trois frères et soeurs. Cependant, Tyva Montclair avait été chargée de cette tâche et si on lui demandait, Tyva vous dirait rapidement que même depuis son plus jeune âge, elle n'a jamais été douée avec les enfants. À la vue des trois frères et soeurs qui sanglotaient, au lieu d'aller les réconforter et de découvrir ce qui n'allait pas, Tyva a décidé qu'elle avait en fait vraiment besoin d'aller aux toilettes à ce moment précis, et c'est exactement ce qu'elle a fait.

Livrés à eux-mêmes, les enfants ont continué à pleurer pendant quelques minutes encore. Daymar a été le premier à ne plus avoir de larmes. En reniflant, une idée lui vint.

Offrons-lui un nouveau cadeau.

Ces chocolats viennent de Mars, nous ne pouvons pas lui en offrir d'autres.

Explique Yela.

Nous pouvons lui offrir quelque chose de mieux.

Dit Daymar avec un enthousiasme croissant.

Il y a probablement quelque chose d'excellent sur le marché ! Ce panneau dit que c'est le meilleur magasin de tout le secteur.

Dit Cellin, soudainement pris par l'idée qu'une aventure pourrait bientôt se produire.

Mais l'hôtesse a dit que nous ne devions pas partir.

Dit Yela.

Heureusement qu'elle n'est pas là, alors !

Fait remarquer Cellin.

Nous pouvons aller chercher un cadeau et être de retour avant même qu'elle ne s'aperçoive de notre absence.

Je ne pense pas qu'on devrait. Nous pourrions avoir des problèmes.

Rappelle-toi ce que dit Baba. Personne n'a jamais rien fait de grand sans avoir au moins un peu d'ennuis

A cité Cellin.

Yela s'en souvient comme d'un autre dicton de Baba que leur père n'aimait pas.

Avant qu'elle ne puisse répondre, Yela a vu Daymar qui se dirigeait déjà dans le couloir vers le hub central.

Attendez !

Le trio a parcouru le rayon de connexion jusqu'à ce qu'il s'ouvre sur le hub central voûté. Entouré de plusieurs étages sur les côtés, l'espace massif était rempli de personnes passant d'un étal à l'autre, faisant des achats, mangeant et parlant. Il y avait même un musicien jouant de la musique compliquée sur un lexion de Persei. Daymar se couvrit les oreilles lorsqu'ils passèrent devant, ne s'étant pas encore habitué aux râles et aux bourdonnements de l'instrument récemment introduit.

Tout en marchant, ils regardaient avec des yeux écarquillés les gens qui circulaient autour d'eux. Même si la ville où ils vivaient sur Mars recevait sa part de visiteurs, ce n'était rien comparé au ramassis de colons, de négociants et de résidents qui sillonnaient le centre. Les enfants ont tour à tour indiqué les origines des voyageurs.

Ce vieux monsieur vient de Mars comme nous !

Dit Daymar, repérant quelqu'un qui porte la veste épaisse et lisse que tant de Martiens portaient pour se protéger de la poussière.

Ces lentilles de pression signifient que cette personne est de Gonn.

A noté Cellin alors qu'une personne portant un épais ensemble de lunettes violettes passait devant elle en lui retournant son regard.

Et ces deux femmes portant des robes vertes et jaunes écailleuses sont sans aucun doute de Davien

A observé Yela.

Daymar voulait parler à un homme qui avalait de larges nouilles grasses à un comptoir de nourriture et qui avait les mêmes nattes à triple tresses que leur propre grand-mère, et Cellin était sur le point d'aller demander à une grande femme à la peau bleuâtre d'où elle venait, quand Yela les a concentrés sur la tâche à accomplir. Aussi intéressants que soient ces gens, ils étaient censés trouver un cadeau pour Baba.

Après leur avoir demandé de ne toucher à rien et avoir écrit E-12 sur la main de Daymar pour qu'il sache à quel port d'amarrage se rendre s'il se perdait, Yela a dirigé ses deux jeunes frères et soeurs vers une rangée d'étals présentant de magnifiques bijoux. Il y avait des bagues dorées, des colliers faits de fleurs en pierre précieuse, et même une broche qui ressemblait à un scarabée, mais après avoir réfléchi un peu, aucun d'entre eux ne se souvenait avoir vu Baba porter des bijoux.

Peut-être que ça veut dire qu'elle en a vraiment besoin

Dit Yela.

Ou qu'elle les déteste

Répondit Cellin.

Continuons à chercher.

Ils ont continué à travers le marché, visitant un stand avec de longs foulards pour filtrer l'air, un autre stand avec de petits lézards rouges et brillants à vendre, et un colporteur qui vendait de véritables fruits pitambu tout droit venus de Reisse, mais après avoir erré de haut en bas du marché, ils avaient réduit leurs options à deux stands. Yela pense qu'ils devraient acheter à Baba un flacon de lotion de luxe à base de fleurs de digary qui, selon le vendeur, ne poussent que sur Aremis.

Elle travaille beaucoup avec ses mains, et le froid les rend sèches

Explique Yela.

Cellin a pensé qu'ils devraient offrir à Baba un petit outil multifonctionnel en argent. Il était équipé d'une clé anglaise, de cinq tournevis, d'un scanner pleine bande, d'un compteur Geiger, d'un chalumeau, d'une lime à ongles et d'un décapsuleur.

C'est comme une centaine de cadeaux en un !

Yela a fait remarquer que Baba avait déjà la plupart de ces outils, et Cellin a fait remarquer que la lotion était stupide.

Il semblait qu'il n'y aurait aucun moyen de se mettre d'accord, quand Daymar a tranché le débat en disant :

On devrait lui offrir ça.

Yela et Cellin regardèrent où leur frère pointait du doigt et approuvèrent instantanément. Il avait trouvé le cadeau parfait pour Baba.

Je suis vraiment désolée, mais je ne peux pas le laisser partir pour moins que ça.

Dit Vasko, la propriétaire de l'échoppe. Pour montrer son désarroi, elle secoua doucement la tête, ce qui fit vaciller les épais plis de son cou. Daymar se tenait devant elle, tenant délicatement le cadeau dans ses mains, et regardant vers le haut avec de grands yeux pleins d'espoir.

Ils négociaient avec la femme depuis plusieurs minutes maintenant, mais elle voyait à quel point les enfants voulaient le cadeau et tenait bon. Et les enfants le voulaient vraiment. Rien qu'en regardant le cadeau, il est clair que Baba l'aimerait, encore plus que le chocolat. Fonctionnel et beau, ils auraient payé le double de ce que Vasko demandait, mais comme ils ne pouvaient même pas se permettre de payer une fois ce qu'elle demandait, il était de moins en moins probable qu'ils puissent l'obtenir.

Yela a rapidement recompté leurs fonds mis en commun. C'était tout l'argent d'urgence que leur père leur avait donné, plus l'argent de poche que Yela avait économisé pour un nouveau livre et le crédit que Daymar avait trouvé en marchant dans le spatioport de Port Renatus. Malgré le fervent espoir de Yela que le montant serait différent cette fois-ci, il leur manquait encore huit crédits pour atteindre le prix demandé.

Tu es sûr que tu ne peux pas descendre plus bas ?

"Je fais déjà payer dix fois moins que ce que je ferais normalement parce que vous semblez être de si gentils enfants, mais si vous n'avez pas assez d'argent, je crains qu'il n'y ait rien que je puisse faire." Vasko a tendu le bras pour reprendre le cadeau, mais Daymar s'est mis hors de portée.

S'il vous plaît ? Nous devons prendre ça pour notre Baba

A dit Daymar.

Qu'est-ce que vous avez là ?

Une grosse main charnue a arraché le cadeau des mains de Daymar. Les trois enfants se retournèrent, surpris de voir l'homme du vaisseau de transport se tenir derrière eux. Il tenait le cadeau devant son visage.

Oh, regardez ça. Très joli.

Rends-moi ça !

Demanda Cellin en sautant pour essayer de le récupérer. L'homme l'a soulevé au-dessus de leurs têtes.

C'est pour notre Baba !

Ajouta Daymar.

Maintenant les enfants, vous avez eu votre chance

Gronde Vasko.

Si ce gentil monsieur souhaite l'acheter, alors...

Vous savez quoi ? Je pense que je vais l'acheter

A dit l'homme en se moquant de Cellin.

Excellent choix

Dit Vasko.

Vous avez un goût merveilleux.

Il n'en veut même pas, il le fait juste pour être méchant

A dit Cellin.

Tu te trompes, petit. En fait, je suis un collectionneur et c'est une vraie trouvaille

Dit l'homme en l'examinant de plus près.

C'est vrai. Tous ces détails ? Fait à la main. Il y en a très peu comme ça

Ajouta Vasko.

S'il vous plaît, il doit bien y avoir un moyen de...

Yela a fait une pause. Quelque chose a attiré son attention sur le comptoir arrière.

Attendez. Est-ce une boîte de verrouillage Banu ?

L'avez-vous déjà ouvert ?

Non...

Admit Vasko à contrecoeur.

Pas encore.

Fabriqué par les chefs de guildes Banu pour contenir des objets ou des documents de valeur, chaque coffre Banu est de conception unique. Pour les rendre encore plus sûrs, ils n'ont pas tous la même solution et souvent, même l'artisan qui les fabrique ne sait pas comment les ouvrir. Lorsque le propriétaire d'origine décède, les mystères qu'il renferme peuvent rester non réclamés pendant des générations. Mais souvent, ils ont été simplement détruits lors de leur ouverture. C'est ce qui rend les cadenas intacts si rares. Yela connaissait tout des coffres Banu grâce à son père.

Je peux l'ouvrir pour toi

Dit Yela.

Comme si un enfant pouvait résoudre une serrure Banu.

Notre père est professeur. Il donne des cours sur les Banu.

Tu penses vraiment que tu peux l'ouvrir pour moi ?

Vasko a demandé avec impatience.

Elle peut pour le bon prix.

Répliquât Cellin.

Ouais ! Donnez-nous le cadeau de Baba !

Insista Daymar, en tendant le bras vers l'endroit où l'homme le tenait encore.

J'essaie de l'ouvrir depuis des années...

Vasko réfléchit à la proposition.

Si tu peux vraiment le faire, alors nous avons un accord.

Hey !

L'homme protesta.

Je pensais que vous alliez me le vendre !

Plus maintenant. Donnez-le-moi.

Et si je vous paye deux fois plus ?

Vous pouvez me payer le double si la fille n'a pas réussi.

Vasko prit le cadeau de l'homme puis, avec beaucoup de précautions, elle posa la délicate boîte à clé sur le comptoir devant Yela.

Ne le forcez pas. Tu dois l'ouvrir de la bonne manière.

Je sais.

Yela s'essuya les mains sur son pantalon avant de les passer délicatement sur la surface. Les Banus avaient une approche des chiffres et de la géométrie légèrement différente de celle des Humains, la première étape était donc de changer son cerveau pour qu'il voie le monde comme eux. Elle prit une profonde inspiration et bloqua les bruits du marché dans son esprit. Il fallait beaucoup de concentration pour être Banu.

Elle ne le fera jamais

Dit l'homme.

J'ai un billet de dix qui dit qu'elle va le casser en essayant.

Silence !

Cellin et Vasko dirent à l'unisson.

Elle a compté jusqu'à vingt-sept encore et encore jusqu'à ce qu'elle ait le bon rythme. Tous les sons des nombres impairs devaient être frappés entre les battements de son coeur. Plaçant son index sur l'endroit lisse du petit côté de la boîte et son pouce sur le coin le plus proche d'elle, elle tapota. Lorsqu'elle a senti qu'elle avait raison, elle a appuyé fermement sur le motif noir et blanc qui se répétait sur le bord de la boîte. Au cinquième tapotement, la boîte fait un déclic et une série de crêtes s'élèvent sur le dessus.

Elle l'a fait !

S'exclame Vasko.

Seulement la première partie.

Dit Yela, et elle se dit "la partie facile". En faisant tourner la boîte, elle a ajusté ses mains pour qu'elles s'entrelacent sur les crêtes. Alors qu'elle commençait à compter à nouveau, elle fut interrompue par une annonce provenant des haut-parleurs de la station.

Tous les passagers pour Europa, c'est votre dernier appel d'embarquement.

Oh non ! C'est notre vol !

Yela a complètement perdu le fil de ses pensées.

Nous devons rentrer.

Nous ne pouvons pas partir sans le cadeau.

Dit Cellin.

On ne peut pas rater notre navette !

Dit Yela.

Je suppose qu'on dirait que vous n'avez pas de marché après tout

Proclama l'homme joyeusement.

Port d'amarrage E-12. Dernier appel pour Europa.

Dit la voix sur le haut-parleur.

Ici

Dit Vasko, tendant le cadeau.

Prenez-le. J'ai la boîte depuis des années et je ne suis jamais allé aussi loin.

Tu es sûr ?

A demandé Yela.

Elle est sûre

Dit Cellin en prenant le cadeau et en le plaçant dans son sac.

Elle est folle, voilà ce qu'elle est !

Se plaint l'homme.

Promettez-moi juste que vous passerez la prochaine fois que vous serez à Banaru.

Nous vous le promettons !

Dirent les trois frères et soeurs avant de se retourner et de courir à travers la place du marché.

Le couloir est bondé de monde. Un starliner en provenance de Croshaw venait d'accoster, et les passagers en sortaient en masse, obstruant le passage. Yela et Cellin tentent de se frayer un chemin, Yela en disant "Excusez-moi" et Cellin en bousculant.

Daymar avait beaucoup plus de facilité à se frayer un chemin dans la foule. Bientôt, il devance ses soeurs. Yela a essayé de lui dire d'attendre, mais il ne pouvait pas l'entendre à cause du vacarme. Il est bientôt arrivé à l'endroit où le couloir se sépare en direction des différents ports d'amarrage. Yela essayait de se faufiler entre un groupe de voyageurs qui s'embrassaient pour se dire au revoir, quand elle a vu Daymar s'arrêter et étudier la direction. Il leva la main, regarda le E-12 maculé que Yela y avait écrit plus tôt, et tourna à gauche dans le couloir vers le port d'amarrage F-12.

Daymar, attends !

Il s'est arrêté pour regarder derrière eux. Contournant un drone à bagages bloqué, Yela lui fit un signe urgent pour qu'il revienne, mais il lui rendit son signe et continua dans le mauvais sens, disparaissant de la vue.

Yela a immédiatement regretté de ne pas avoir passé plus de temps à l'aider à apprendre ses lettres.

Désespérée, Yela adopta la technique de traversée de Cellin et bientôt, toutes deux se frayèrent un chemin à travers la foule. Lorsqu'ils parvinrent enfin à la traverser, ils virent Daymar debout devant le sas de l'aire d'amarrage.

Daymar ! C'est le mauvais...

Trop tard. Il s'est précipité à bord. Yela et Cellin ont couru après lui.

Passant par le sas, les soeurs émergèrent dans la cale caverneuse d'un grand vaisseau de transport. Daymar se tenait à quelques pas, bouche bée devant les rangées et les rangées de conteneurs massifs.

On va pouvoir voler sur ce vaisseau ?

Demanda Daymar, excité par la perspective.

Où sont les sièges ?

Non, on n'en a pas. Viens. Nous devons y aller

Dit Yela. Elle attrapa Daymar et le tira vers le sas lorsqu'il se referma avec un sifflement devant eux.

Yela se précipite vers les commandes et appuie sur le bouton de libération, mais une alerte rouge lui indique qu'elle n'a pas la permission. Avant qu'elle n'ait pu trouver quoi faire ensuite, un grondement sourd se fit entendre alors que les moteurs se mettaient en marche.

On dirait qu'on va voler sur ce vaisseau

Dit Cellin.

Daymar applaudit alors qu'ils se déconnectaient du quai.


A suivre...

Notes et Références

citizen-logbook.com est entièrement dédié à Star Citizen et Squadron 42. J'ai conçu ce site dans le but de partager mon expérience en jeu sans pour autant avoir la prétention de créer une encyclopédie dédiée au jeu, ni même un site d'information à grande échelle, bien qu'avec le temps le site prend de plus en plus d'ampleur. Il faut voir ce site comme étant un "Carnet de Notes" dans lequel j'ajouterai toutes sortes d'informations. Que cela soit un article, un vaisseau, un système ou même un coup de coeur, coup de gueule, etc. Le site évoluera en fonction de mes envies. Si mes articles vous donnent envie de vous lancer dans cette grande aventure qu'est Star Citizen, inscrivez-vous et recevez un bonus de 5000 UEC à la création de votre compte via mon referral : STAR-QP2M-YLS3.

-- ile-avalon