Star Citizen Ile Avalon Pilot Logbook
Carnet de Vol d'un Citoyen de l'Espace

Un Cadeau pour Baba

Par Will Weissbaum

Un Cadeau pour Baba, 2ème Partie

Episode précédent...


Elle va avoir de gros problèmes pour ça, fut la première pensée qui traversa la tête de Yela alors que le gros transporteur dans lequel ils avaient été piégés par erreur s'éloignait de la station Banaru. Fixant les imposantes piles de conteneurs qui entouraient les trois enfants, elle se demanda comment les choses avaient pu si mal tourner. Tout ce qu'elle avait à faire était d'amener ses deux frères et soeurs en sécurité à bord de leur navette de correspondance et, au lieu de cela, ils se sont envolés vers un endroit inconnu à bord d'un vaisseau inconnu.

La pensée suivante que Yela a eue était, c'est juste comme la fois où Annabelle Reynard est accidentellement montée à bord du vaisseau de Lord Falton quand il se faisait passer pour le roi pirate et que les deux se sont affrontés en duel jusqu'à ce qu'ils réalisent que les deux essayaient secrètement de...

Viens.

Huh ?

Dit Yela, sortant de sa rêverie de la Maison du Gris Cendré. Il semblait que peu importe ce qui se passait, elle pouvait toujours se perdre dans un de ses livres, même si elle ne le lisait pas.

Nous devons arrêter ce vaisseau !

Proclama Cellin en attrapant la manche de sa soeur et en la tirant vers la sortie située de l'autre côté de la soute.

Tu as raison.

Répondit Yela, libérant son bras et prenant la tête.

Si nous parvenons à convaincre le capitaine de nous ramener immédiatement à Banaru, nous pourrons essayer de prendre le vol de 19h45 pour Europa. Peut-être qu'ils nous laisseront même appeler Baba et lui dire ce qui s'est passé. Elle sera inquiète quand notre navette arrivera et que nous ne serons pas dedans.

Yela se sentait mieux. Ils avaient un plan maintenant. Si elle se concentrait sur cela, il y avait moins de place dans sa tête pour le doute et l'inquiétude.

Baba les grondera probablement au début pour avoir manqué leur vol, mais lorsqu'elle découvrira leur aventure et la façon dont Yela a géré la situation, leur grand-mère ne manquera pas de leur adresser l'un de ces petits sourires qu'elle leur adresse chaque fois qu'ils sont particulièrement courageux ou intelligents. Comme disait Baba, "Une bonne aventure vaut toujours la peine de s'attirer quelques ennuis".

Est-ce qu'on doit partir si tôt ? Je ne suis jamais allé sur un navire de transport avant.

Demande Daymar en marchant à côté de ses soeurs.

Attendez !

Cellin et Yela se sont figés sur place alors que Daymar s'est laissé tomber à genoux et a ouvert son sac à dos.

Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ? Avons-nous perdu le cadeau de Baba ?

Demande Yela.

Non, je l'ai juste là

Dit Cellin en le montrant à sa grande soeur.

Yela était soulagée de voir que le précieux cadeau était toujours bien rangé dans le sac de Cellin. Après avoir travaillé si dur pour obtenir un remplacement pour le premier cadeau qu'ils avaient perdu, elle ne voulait même pas penser à la possibilité de perdre celui-ci. Même le faible éclairage de la soute ne pouvait cacher la beauté de son artisanat. Il avait clairement été bien utilisé au fil des ans, mais soigneusement entretenu. C'est exactement le genre de chose que Baba aimait.

Une partie de Yela était encore étonnée que la propriétaire de l'échoppe ait accepté de leur donner le cadeau en échange d'une ouverture partielle de son coffre Banu. Yela supposait qu'après des années d'efforts pour l'ouvrir, le simple fait de faire quelques progrès devait valoir la peine de faire cet échange. Le propriétaire de l'échoppe était probablement assis avec le coffre en ce moment même, essayant de l'ouvrir jusqu'au bout, mais Yela se doutait bien que lorsqu'elle retournerait à la Station Banaru sur le chemin du retour vers Mars, le propriétaire de l'échoppe et le coffre seraient dans le même état que lorsque les enfants étaient partis.

Voilà

Dit Daymar en sortant une casquette jaune vif usée et en la fixant sur sa tête.

Maintenant, j'ai l'air d'un vrai transporteur. Peut-être que le capitaine me laissera même piloter le navire. Oh, peut-être que je pourrai nous faire voler jusqu'à la maison de Baba !

Cellin était constamment étonnée par la capacité de son frère à trouver le bon côté de toute situation. Si elle était un nuage d'orage, comme son père aimait à le dire, Daymar était le rayon de soleil qui le transperçait.

Peut-être

Dit Cellin avec un demi-sourire.

Mais d'abord, nous devons nous dépêcher d'aller leur parler.

Alors allons-y !

Sur ce, Daymar laissa échapper un sourire encore plus grand et accéléra, ouvrant la voie à travers les piles de cargaison.

C'est par là, Daymar.

En un clin d'oeil, Daymar s'arrêta, se retourna et suivit ses soeurs dans la bonne direction.

Star Citizen Un Cadeau Pour Baba

Il s'est avéré que le navire de transport n'avait pas seulement l'une des plus grandes pièces qu'ils n'aient jamais vues sur un navire, mais aussi l'une des plus désordonnées. Après être sortis de la caverneuse cale à marchandises, avoir traversé l'assourdissante salle des machines, et passé je ne sais quel nom donné à ces pièces qui sont presque entièrement remplies de tuyaux et de valves, ils sont arrivés aux quartiers de l'équipage.

Même s'il y avait deux lits, il était clair qu'un seul était utilisé, car l'autre était entièrement recouvert d'un assortiment d'objets, dont la plupart pouvaient être décrits comme de la "camelote". La petite kitchenette sur le côté de la pièce abritait la valeur d'un musée en vaisselle sale, le bureau de travail était couvert de dizaines de petites fioles, et le sol lui-même n'avait que le plus étroit des chemins navigables à travers les débris accumulés là.

Woah. Regarde tous ces trucs !

S'exclame Cellin, impressionné. Son choix personnel de conditions de vie oscillait légèrement autour de la zone de désastre, mais même son dortoir sur Mars pâlissait en comparaison de l'ampleur du chaos qui remplissait la petite zone de l'équipage.

C'est dégoûtant !

Dit Yela.

Ça sent les pieds de papa !

Ajouta Daymar en fronçant le nez.

Tu es toujours sûr de vouloir être transporteur ?

Demande Yela.

Oui

Répondit Daymar, mais pas avec autant d'assurance.

Ecoute, ce n'est pas une poubelle. C'est une collection.

Dit Cellin, en se baissant pour ramasser une petite pierre sur le sol.

Papa m'a déjà montré une de ces pierres. C'est une pointe de flèche en silex.

Elle a coupé à travers le désordre pour soulever un grand morceau de tissu détaché du sol.

Et ça. J'ai appris l'existence de ce drapeau à l'école. Il date de la première élection de Port Renatus quand ils ont formé l'Union de Mars.

Les yeux de Cellin se sont rétrécis et elle a tiré le drapeau de manière protectrice près d'elle.

Tu ne devrais pas mettre le drapeau martien sur le sol. Même si c'est un vieux drapeau.

Daymar regardait malencontreusement le dessous de sa chaussure gauche où il y avait des signes évidents qu'il avait marché dans quelque chose de collant et d'assez désagréable.

Tu es sûr que c'est une collection et pas juste une poubelle ?

C'est les deux.

Yela arpentait la pièce avec une nouvelle appréciation.

Je ne pouvais pas le voir sous le désordre, mais celui qui vit ici aime définitivement l'histoire.

Elle tourna la tête de côté pour regarder les livres qui garnissaient l'étagère bondée le long du mur.

Regardez tous ces livres. Celui-là parle de la tragédie de Mars. Celui-là, c'est sur la Rome antique. Il y a la biographie de Nick Croshaw. Il y a même trois livres sur la mutinerie de Stanley.

C'est quoi la mutinerie de Stanley ?

Daymar et Cellin ont tous deux demandé.

Quand l'UNE s'est formée, une bande de starmen n'a pas apprécié, alors ils ont capturé leur capitaine et ont pris le contrôle de leur vaisseau de guerre. C'est ce qui a déclenché les Guerres d'Unification.

Expliquât Yela.

Mais on se laisse distraire. Pour l'instant, on doit trouver un moyen de rejoindre Baba. Allons-y.

Contournant avec précaution les emballages de barres de repas vides, les canettes de boost froissées, les vêtements sales et la collection d'artefacts étonnamment maltraitée, le trio arrive à la cloison du pont. Yela, prend une profonde inspiration pour se calmer, regrette immédiatement de l'avoir fait à cause de l'odeur, puis appuie sur le bouton pour ouvrir la trappe.

Lorsque la porte du pont a glissé vers l'arrière, les trois frères et soeurs ont été frappés par une vague de musique rock punk. Daymar s'est rapidement plaqué les mains sur ses oreilles pour essayer d'étouffer le bruit, mais il pouvait encore sentir les basses profondes qui faisaient battre son coeur de plus en plus vite.

Excusez-moi ?

Dat Yela pour annoncer leur arrivée, mais les riffs de guitare lourds ont avalé sa voix.

Hey !

Cellin a essayé de crier par-dessus le vacarme, sans grand résultat. Passant devant les deux terminaux utilitaires qui peuplaient l'arrière de la pièce, elle s'approcha du fauteuil du pilote au nez du vaisseau, où une étroite bande de verre épais offrait une vue étroite sur les balises des points de saut à proximité.

Lorsque Cellin fut assez proche pour voir au-delà de l'encombrant rembourrage de pression qui bordait le dossier du siège, elle s'arrêta dans son élan, confuse. Yela et Daymar la rattrapèrent et virent par eux-mêmes ce qui avait rendu leur jeune soeur perplexe. Le siège du pilote était vide.

Personne ne pilotait le vaisseau.

Soudain, la musique s'éteignit, et le silence qui suivit fut presque aussi assourdissant.

Très bien. Voici ce qui va se passer...

Dit une voix grave et mélodieuse.

...Vous allez lentement lever les bras et vous retourner. Essayez autre chose et vous le regretterez.

Faisant ce qu'on leur demandait, le trio se retourna pour voir une très grande femme debout dans une alcôve à côté de la porte, sa tête touchant presque le plafond. Ils ont dû passer devant elle quand ils sont entrés. Cependant, ce qui était plus inquiétant pour le moment, c'était le fusil massif qu'elle pointait sur le sol à leurs pieds.

C'est un vrai fusil ?

Demande Cellin.

Vous ne voulez pas le découvrir

A répondu la femme.

Maintenant, qui diable êtes-vous ?

Je m'appelle Daymar, et je vais être transporteur.

Fantastique, petit. Tu as vraiment le chapeau pour ça. Mais je voulais dire que fais-tu sur mon vaisseau ? Toi !

Dit-elle en désignant vaguement Yela avec son fusil.

Parle !

Yela s'est avancée nerveusement.

Nous sommes accidentellement montés sur votre vaisseau à Banaru. Nous ne le voulions pas, mais avant que nous puissions partir, la porte s'est fermée et nous sommes restés coincés. Si vous pouviez nous ramener, nous pourrions...

Quelqu'un sait que vous êtes ici ?

Non, nous voyageons seuls, mais notre grand-mère va s'inquiéter quand...

Voilà ce qui va se passer. Je vais vous enfermer tous les trois dans la soute et vous allez rester assis là sans rien toucher jusqu'à ce que je puisse demander à quelqu'un de venir vous chercher.

Vous allez appeler notre Baba ?

Demanda Daymar.

La femme a souri...

Quelque chose comme ça. Chaque chose en son temps. Enlevez vos sacs et posez-les sur le sol.

Daymar et Yela ont fait ce qu'on leur a dit, mais Cellin a tenu fermement son sac.

Non !

Comment ça, non ?

Demanda la femme.

Vous ne pouvez pas avoir le cadeau de Baba !

Proclama Cellin, serrant le sac plus fort contre sa poitrine.

Yela a tendu la main à sa soeur pour qu'elle lui donne le sac.

Donnons-le-lui, Cellin. Nous ne voulons pas la mettre en colère.

La grande femme a fait un pas en avant, et a utilisé toute sa taille pour dominer les enfants.

Votre soeur a raison. Je ne pense pas que vous saisissiez toutes les ramifications de votre situation ici. Vous avez tous les trois choisi le pire vaisseau possible pour vous embarquer. Vous voyez, ce n'est pas n'importe quel vaisseau. Je suis un infâme contrebandier. Demandez à n'importe qui s'y connaissant si Rose Bryer est à prendre à la légère et il vous dira sans hésiter que je ne suis pas une personne à prendre à la légère. Ou bien ils diront qu'ils n'ont jamais entendu parler de moi. Les deux réponses montrent à quel point je suis un bon contrebandier, compris ?

Tu es comme un pirate ?

Demanda Daymar, les yeux si grands qu'on aurait dit qu'ils allaient sortir de sa tête.

C'est assez proche

Répondit Rose.

Woah. C'est encore mieux qu'un transporteur.

Pas pour vous. C'est la dernière fois que je le dis, donnez-moi le sac ou bien...

Ou sinon quoi ?

Demande Cellin.

Ou sinon ça !

A la vitesse de l'éclair, Rose se baisse et arrache le sac de la main de Cellin.

Tu ne l'as pas vu venir, hein ?

"Hé ! C'est du vol !"

Crie Cellin.

Elle le sait, Cellin. C'est une pirate.

Explique Daymar.

Un peu plus tard, Yela, Daymar et Cellin se trouvaient à nouveau à l'intérieur de la soute, sauf que cette fois, un épais cordon d'alimentation avait été enroulé autour d'eux, liant le trio face à face dans une sorte d'étreinte de prisonnier maladroit. Il avait fallu une éternité pour passer de la passerelle à l'arrière du vaisseau dans cette configuration, mais Rose les suivait patiemment, son fusil menaçant à portée de main, juste au cas où.

Voilà. Maintenant, vous trois, vous vous calmez et vous vous comportez bien. Nous devrions être à Croshaw bien assez tôt.

Tu nous emmènes hors de Sol ?

A demandé Yela, faisant pivoter sa fratrie pour pouvoir regarder la contrebandière.

C'est généralement ce que signifie aller à Croshaw

A répondu Rose.

Yela a senti sa bouche s'assécher. Elle avait toujours voulu passer par un point de saut, mais elle ne s'attendait pas à le faire aujourd'hui. Et encore moins en tant que prisonnière. C'était vraiment quelque chose qui sortait tout droit de la Maison de Gris Cendré.

Rose a étudié les enfants pendant une seconde.

Laissez-moi deviner, vous n'avez jamais sauté auparavant ?

Le silence de la fratrie était la réponse dont elle avait besoin. Rose fit quelques pas jusqu'à un casier de stockage voisin niché dans le mur, et ouvrit le loquet codé. De l'intérieur de la petite chambre, elle sortit une combinaison EVA bien usée et jeta le casque avec un bruit sec à côté d'eux.

Tiens, si tu tombes malade, utilise ce vieux casque comme seau.

Rose s'est retournée pour partir.

Attendez. Et si nous devons utiliser les toilettes ?

Demanda Daymar, ses pieds dansant déjà un peu d'avant en arrière.

La combinaison est équipée d'un recycleur. Il peut encore fonctionner. Vous pouvez l'utiliser.

Et si on a faim, on est censé manger la combinaison aussi ?

Dit Cellin.

Rose roula des yeux.

Il y a aussi une trousse de rationnement dans le casier. Je vous recommande d'attendre la fin du saut pour manger, sinon tout va finir dans le casque.

Rose s'engage dans la cloison qui sépare la soute à marchandises du reste du vaisseau.

Attends, et si tu nous détachais ?

Demande Yela.

Non !

Et sur ce, la contrebandière a refermé la soute derrière elle.

Ne perdant pas une seconde, Cellin aspira son souffle et glissa facilement de ses liens. Se dirigeant vers la sortie, elle s'arrêta et ramassa le casque sur le sol.

Daymar, frappe à la porte et supplie-la de revenir. Quand elle entrera, nous pourrons la frapper à la tête.

Ok

Dit Daymar, en soulevant le cordon lâche au loin et en suivant Cellin.

Attendez, qu'est-ce que vous pensez faire tous les deux ?

Demande Yela en sortant du cordon et en se dépêchant de le rattraper.

Nous nous mutinons

Répondit Daymar. Il commença à taper du poing sur l'écoutille scellée.

Au secours ! Au secours ! Il y a un monstre !

Cellin attrapa une caisse au fond du casier de rangement et la traîna à côté de la porte.

Une fois que nous aurons pris le contrôle du vaisseau, nous pourrons voler vers Europa nous-mêmes.

Grimpant sur le haut de la caisse, elle leva le casque au-dessus de sa tête, prête à attaquer quiconque passerait par là.

Vous êtes devenus fous ? Descendez de là. On ne peut pas attaquer Rose.

Pourquoi pas ? Elle nous a attaqué.

D'abord, elle a une arme. D'autre part, vous devez m'écouter. Papa m'a chargé de vous protéger.

Et regarde où ça nous a menés

Marmonne Cellin en déplaçant sa prise sur le casque.

Nous avons perdu deux cadeaux, raté notre vol, et nous avons été kidnappés. Peut-être que je devrais être la grande soeur à partir de maintenant.

Yela a senti son estomac se dérober sous elle. Peut-être que Cellin avait encore raison. Son coeur battait plus vite et la pièce commençait à tourner autour d'elle. Peut-être que leur père n'aurait pas dû lui faire confiance.

Je ne me sens pas très bien

A dit Daymar, en se serrant le ventre.

Alors que Yela regarde Cellin vomir dans le casque, elle comprend enfin pourquoi elle a l'impression que ses entrailles sont étirées et écrasées en même temps.

Ils étaient entrés dans un point de saut.

Cellin posait sa tête sur les genoux de Yela tandis que sa soeur passait doucement ses doigts sur son dos.

Daymar était assis non loin de là en train de fouiller dans les rations contenues dans la boîte que Rose leur avait laissée.

Tous trois commençaient enfin à se sentir à nouveau normaux après leur voyage dans l'espace. Yela n'arrivait toujours pas à se faire à l'idée que de l'autre côté de la coque se trouvait un système stellaire entièrement nouveau, et avait choisi de se concentrer sur le soin de Cellin, qui avait ressenti les pires symptômes du saut.

C'est comme si papa avait choisi ça.

Dit Daymar en jetant le dernier contenu de la boîte sur le sol.

Toutes les barres de repas sont du ragoût de champignons, et il n'y a que deux parfums de boost à boire, melon amer et café. Beurk.

Quand il a atteint le fond de la boîte, il a sorti un livre à reliure spirale qui y était rangé et l'a rapidement tendu à sa soeur.

Tiens, Yela. Un livre de lecture.

Que dit la couverture ?

A demandé Yela. Après la mésaventure de Daymar avec le lettrage du port d'amarrage, elle était déterminée à aider son jeune frère à améliorer ses compétences en lecture.

Daymar a étudié la couverture pendant un moment, puis a commencé sa tentative.

E-meer-gen-ki Praht-o-cowls. Emeergenki Prahtacals ?

Exact, Protocoles d'urgence

Dit Yela.

Qu'est-ce que ça veut dire ?

C'est probablement un guide sur ce qu'il faut faire si le vaisseau prend feu ou perd de la pression ou autre. Comme la vidéo qu'on nous a fait regarder avant que le vaisseau de transport ne décolle de Mars. Voulez-vous lire la première page ?

Non

Dit Daymar, en posant le livre près de sa soeur.

Je veux voir si l'armoire de stockage contient de la nourriture qui ne soit pas dégoûtante

Se levant, Daymar se dirigea vers la caisse que Cellin avait traînée hors du casier plus tôt et ouvrit son couvercle.

Il y a un tas d'autres combinaisons pressurisées là-dedans.

Dit Daymar en commençant à les vider.

Maintenant, nous pouvons tous aller aux toilettes si nous en avons besoin.

Yela a pris le manuel des protocoles d'urgence et a commencé à le feuilleter.

Il semble que ce vaisseau ait été construit dans les chantiers navals près de Deimos et qu'il fasse plus de cent mètres de long. Oh, vous savez cette pièce avec tous ces tuyaux que nous avons traversé ? Il s'avère que ce sont les contrôles du système de survie. Ça gère l'oxygène, l'eau et tout le reste.

On pourrait peut-être l'empoisonner.

Dit Cellin en se levant des genoux de Yela.

Pas assez pour la tuer, mais la prochaine fois qu'elle prendra une douche, l'eau la rendra malade et nous pourrons nous mutiner.

Même si nous pouvions trouver un moyen de sortir de cette pièce et d'empoisonner l'eau, tu te souviens à quel point sa chambre était sale ? Qui sait combien de temps nous devrions attendre pour qu'elle prenne une douche.

Je ne vous entends pas proposer de meilleurs plans.

C'est parce qu'il n'y a pas de bons plans. Nous sommes enfermés ici et c'est tout ce qu'il y a à faire. S'asseoir et attendre tranquillement est le meilleur moyen pour nous tous de sortir d'ici sains et saufs.

Cellin baissa les yeux et s'inquiéta du doigt de la petite déchirure sur le dessus de sa chaussure.

Mais si nous ne le faisons pas ?

Seules les taches humides sur le sol de la soute révélaient qu'elle pleurait.

Yela ouvrit la bouche pour promettre à sa soeur qu'elles allaient définitivement s'en sortir, mais avant de pouvoir prononcer les mots, elle réalisa qu'elle n'était plus sûre. Elle ne savait pas où Rose les emmenait, ni ce qui pouvait se passer. Yela s'est soudainement sentie impuissante.

Elle était en train de vivre une aventure qui aurait parfaitement sa place dans l'un de ses livres, et cela ne ressemblait en rien à ce qu'elle avait imaginé. Les personnages de ses histoires avaient toujours l'air de s'amuser alors qu'ils étaient en danger. Mais d'un autre côté, elle n'a jamais lu que des gens comme Annabelle Reynard et Lord Falton restaient assis et attendaient tranquillement. Peut-être que c'est ce que Baba voulait dire quand elle leur disait que "c'est difficile d'arriver quelque part si on n'est pas prêt à faire un seul pas".

Peut-être qu'au lieu d'empoisonner l'eau...

Commence Yela, à la surprise de Cellin.

...nous pouvons utiliser ces commandes de ventilation d'urgence pour évacuer l'atmosphère du vaisseau et l'assommer.

Elle désigna les diagrammes correspondants dans le manuel.

Ouais ! Ça pourrait tout à fait marcher !

Approuva Cellin en s'essuyant les yeux.

Et nous pouvons utiliser ces combinaisons pressurisées pour rester éveillés.

Oui ! Il nous faut juste un moyen de sortir d'ici.

Je ne peux pas ouvrir cette boîte.

S'exclama Daymar. Les deux filles ont sursauté, ayant temporairement oublié que leur frère était toujours là.

Et elle ne bouge pas non plus !

Ajouta Daymar, en tirant sur la poignée d'une caisse dans le casier de stockage. Le pavé numérique sur le loquet avant s'est allumé en rouge, montrant qu'il était scellé.

Tu pourrais essayer le code qu'elle a utilisé pour ouvrir la porte du casier.

A suggéré Yela.

2380

Comment sais-tu quel code elle a utilisé ?

Elle l'a ouvert juste devant nous. C'était assez difficile de ne pas voir.

Je ne comprends pas ton cerveau parfois.

Pareil

Dit Yela en s'amusant à bousculer sa soeur.

Le code a marché !

S'exclame Daymar en soulevant le couvercle.

Oh. Il n'y a rien dedans. Pas même un fond.

Quoi ?

Yela et Cellin se sont précipités pour regarder. Il y avait peu de lumière dans le casier, mais il était indéniable que l'intérieur de la caisse était beaucoup plus sombre qu'il n'aurait dû l'être. Yela a passé une main à l'intérieur, aussi loin qu'elle le pouvait, et n'a rencontré aucune résistance.

Il n'y a pas de fond.

C'est ce que j'ai dit.

A rappelé Daymar.

Je me demande ce qu'il y a en bas ?

A dit Cellin.

C'est trop sombre pour voir quoi que ce soit.

Dit Yela.

J'ai une idée !

S'exclama Daymar avant de quitter le casier et de revenir avec l'une des combinaisons pressurisées. Il tâtonne un moment, puis les trois frères et soeurs se retrouvent soudainement aveuglés lorsque la lampe de poche de la combinaison s'allume. Sans perdre un instant, Daymar a laissé tomber la combinaison dans la boîte. Elle tomba pendant quelques mètres avant de s'arrêter dans ce qui semblait être un vide sanitaire situé sous le plancher.

C'est un tunnel secret.

Où va-t-il ?

Allons le découvrir

Dit Daymar. Il s'est hissé sur le bord de la boîte et a accroché ses pieds dans un petit renfoncement. La boîte avait une échelle intégrée ! Daymar est descendu dans le sous-plancher et a rampé hors de vue.

Il y a une pièce entière ici.

Ne voulant pas être laissés de côté, Cellin et Yela l'ont rapidement suivi en bas.

Des lumières automatiques se sont allumées lorsqu'ils ont atteint la fin du tunnel, révélant une petite alcôve bordée d'étagères.

Nous avons trouvé le trésor du pirate.

Déclara Daymar en regardant avec émerveillement les différents objets sur les étagères.

Ce doit être ici qu'elle cache toutes les affaires qu'elle passe en contrebande.

Dit Yela. Elle a délicatement pris une pierre plate gravée sur l'étagère et a légèrement passé le bout de ses doigts sur les marques.

J'en ai vu une lors de notre sortie scolaire au musée d'histoire de Moscou. C'est une tablette cunéiforme. Elle a des milliers d'années.

Regardez ces lunettes.

Dit Cellin, en faisant glisser sur sa tête les optiques sombres et surdimensionnées aux yeux d'insectes.

Elles sont comme celles que les colons utilisent dans ces vieilles émissions de pionniers que papa aime regarder.

Ce truc est vraiment précieux.

A réalisé Yela.

Je pense que Rose doit être spécialisée dans la contrebande d'objets historiques rares. Ça explique tous les livres et les trucs dans sa chambre.

Hé, joli petit gars

Dit Daymar en tapotant sur une boîte en verre transparent.

Quel est ton nom ?

À l'intérieur, une créature poilue ressemblant à une limace rampait le long de la paroi, son dessous ondulant dans un étalage d'ondulations multicolores où elle glissait le long de la surface. Daymar a fait glisser le couvercle de la boîte.

Attention, ne le touche pas !

Prévient Yela.

Ne t'inquiète pas, il est amical.

Assure Daymar en mettant très prudemment sa main dans la boîte.

C'est un sniblet. Ils viennent d'Aremis. J'ai tout appris à leur sujet sur Kid Kadets.

Alors qu'est-ce que ça fait là ?

C'est facile. Les sniblets sont aussi des trésors parce que les gens de Vega ont essayé de les éliminer. Il n'y en a plus beaucoup.

Je croyais que vous aviez dit qu'il était amical.

Sympathique avec les gens. Mais les sniblets mangent le métal. Regardez !

Daymar a placé la créature à fourrure ressemblant à une saucisse sur une sculpture en bronze représentant deux personnes qui s'embrassent. Au fur et à mesure que la créature rampait, le métal disparaissait pratiquement et en quelques secondes, il ne restait plus rien des torses des jeunes amoureux.

Yela a vérifié l'étiquette sur la sculpture.

Il vient de manger un Rodin. Peu importe ce que c'est.

Je suppose qu'il avait faim.

A dit Daymar.

Peut-être que ça pourrait être son nom.

Daymar a levé le sniblet jusqu'à son visage.

Qu'en penses-tu ? Est-ce que tu aimes le nom Rodin ?

Combien de métal penses-tu que Rodin peut manger ?

Ils peuvent en manger beaucoup. Pourquoi ?

Ces boissons au melon amer sont plutôt bonnes.

Dit Yela, en prenant une autre gorgée.

Une sorte de saveur pomme-citron. Tu es sûr que tu ne veux pas essayer ?

Daymar secoua la tête pour dire non, et se concentra pour guider Rodin à nouveau sur le chemin qu'ils avaient dessiné. Le petit gringalet s'était déjà frayé un chemin le long d'une bonne partie de la trappe de sortie de la soute.

Cellin s'agitait dans la combinaison pressurisée qu'elle portait. Les trois frères et soeurs avaient mis les combinaisons afin d'être prêts à évacuer l'atmosphère du vaisseau à la minute où la petite créature avait fini de grignoter leur voie d'évacuation.

Je n'aurais pas dû te laisser boire ce café.

Dit Yela à sa soeur.

Regarde comme tu es nerveuse.

Combien de temps ça va prendre ?

Ça ne devrait plus être très long. Rodin fait de très bons progrès.

Dit Yela.

Non, il ne progresse pas.

Dit Daymar.

Les soeurs sont venues voir. En effet, le sniblet, visiblement plus gros, ne bougeait plus.

Je crois qu'il est plein

Dit Daymar en soulevant et en poussant Rodin, mais sans résultat.

Je suppose que nous allons devoir attendre qu'il se réveille.

Dit Yela.

Non, je peux passer à travers.

Dit Cellin. Enlevant la grande combinaison pressurisée, elle a passé un pied dans le trou partiel de la porte, puis le suivant. Elle s'est enfoncée jusqu'aux hanches, puis, en retenant son souffle, elle s'est tordue et tortillée jusqu'à ce qu'elle parvienne tout juste à se faufiler jusqu'au bout. Yela et Daymar n'allaient pas pouvoir passer de la même manière que leur jeune soeur, plus souple.

Fantastique ! Maintenant, tu peux ouvrir la trappe pour nous !

Demande Yela.

Cellin essaya le panneau de contrôle, mais la porte resta fermement en place.

C'est verrouillé de ce côté aussi. Ça dit que je n'ai pas la permission.

Cela signifie que le seul moyen de l'ouvrir est le contrôle de sécurité sur le pont.

Donnez-moi ma combinaison et je vous ferai sortir.

Quoi ? Je te laisse y aller seul ?

Vous êtes trop grands tous les deux, et on ne peut pas risquer d'attendre que Rodin se réveille. Qui sait ce qui pourrait se passer ou combien de temps les sniblets font la sieste.

Dit Cellin.

Dis-moi juste ce qu'il faut faire et je peux purger l'air.

L'instinct de Yela était d'argumenter et de protéger sa soeur, mais après tout ce qu'elles avaient vécu ce jour-là...

Tiens.

Yela tendit à sa soeur la combinaison pressurisée et le casque abîmés par la petite ouverture, et à l'aide des diagrammes du manuel, entreprit d'expliquer à Cellin ce qui devait être fait pour déclencher les commandes de ventilation d'urgence et ouvrir la trappe de la soute.

Une fois leur jeune soeur hors de vue, Yela et Daymar ont mis leurs casques et ont attendu.

Cela n'a probablement duré qu'une minute ou deux, mais en entendant les battements de son propre coeur à l'intérieur du casque, Yela a compris ce que son professeur de sciences avait essayé de leur expliquer lorsque le temps était un concept relatif.

Penses-tu que Rose a trouvé Cellin ?

Demande Daymar, caressant doucement son doigt ganté le long du dos de Rodin pour se calmer.

Comme en guise de réponse, il y eut un grand bruit, suivi d'un bruit de vent. L'atmosphère était aspirée de la soute !

Rodin, regardes !

Dit Daymar.

Cellin l'a fait !

Rodin ! Yela s'était tellement inquiétée pour Cellin qu'elle avait presque complètement oublié ce petit ricanement.

Daymar, Rodin ne pourra plus respirer, dit Yela. "Nous devons lui mettre une combinaison.

Si elle s'était arrêtée pour réfléchir, elle ne l'aurait jamais fait, mais à ce moment précis, alors que l'air se vidait de la pièce, cela semblait être le choix le plus évident. Yela a pris une grande inspiration et a enlevé son casque.

Le vent passa devant son visage si fort qu'elle put à peine garder les yeux ouverts, puis une fraction de seconde plus tard, le vent s'arrêta. L'atmosphère avait disparu. Se penchant en avant pour que Daymar puisse atteindre l'ouverture de sa combinaison, Yela espérait qu'il comprendrait. Ses poumons brûlaient alors que Daymar s'avançait et glissait Rodin dans sa combinaison pressurisée. Sans perdre un instant de plus, elle remit son casque en place et inspira profondément.

Alors qu'elle haletait, Rodin commença à ramper sur son plastron.

Il est réveillé ! Tu l'as fait !

C'est alors que la porte de la soute s'est ouverte.

Viens !

Haletait Yela.

Trouvons Cellin.

Alors qu'ils entraient dans la salle des machines, ils entendirent à nouveau le souffle du vent. Conçus pour éteindre les incendies et évacuer les toxines, les protocoles de ventilation d'urgence du vaisseau refoulaient déjà l'atmosphère.

Traversant le système de survie, ils arrivèrent aux quartiers de l'équipage pour voir Cellin debout au-dessus du corps inconscient de Rose et tenant fièrement le cadeau de Baba au-dessus de sa tête.

Mutinerie ! Le vaisseau est à nous !

Cria triomphalement Cellin.


A suivre...

Notes et Références

  • A Gift For Baba, Part 2

citizen-logbook.com est entièrement dédié à Star Citizen et Squadron 42. J'ai conçu ce site dans le but de partager mon expérience en jeu sans pour autant avoir la prétention de créer une encyclopédie dédiée au jeu, ni même un site d'information à grande échelle, bien qu'avec le temps le site prend de plus en plus d'ampleur. Il faut voir ce site comme étant un "Carnet de Notes" dans lequel j'ajouterai toutes sortes d'informations. Que cela soit un article, un vaisseau, un système ou même un coup de coeur, coup de gueule, etc. Le site évoluera en fonction de mes envies. Si mes articles vous donnent envie de vous lancer dans cette grande aventure qu'est Star Citizen, inscrivez-vous et recevez un bonus de 5000 UEC à la création de votre compte via mon referral : STAR-QP2M-YLS3.

-- ile-avalon