Star Citizen Ile Avalon Pilot Logbook
Carnet de Vol d'un Citoyen de l'Espace

DRAKE Vulture

Drake Interplanetary

Des volumes ont été écrits sur Drake Interplanetary, dont une grande partie est contradictoire. Le Cutlass est-il un redoutable chasseur lourd ou un véhicule de fuite bon marché et jetable ? Les navires de Drake sont-ils des véhicules industriels qui travaillent dur et sont maltraités par les pirates, ou sont-ils construits en pensant à la piraterie ?

La grande dichotomie Drake a été avec Star Citizen depuis le début du projet, lorsque la société s'est vu attribuer le chasseur pirate Cutlass et le transport industriel Caterpillar, Drake a fini par construire des navires dans deux directions différentes : des navires de transport armés, laids mais redoutables, et des navires de soutien industriel conçus à partir d'équipements de construction modernes. Chaque navire supplémentaire respecterait cette division originale, ce qui obligerait les concepts de navires tels que la Dragonfly, le Buccaneer et le Vulture à les intégrer de manière appropriée dans l'héritage à double sens de Drake.

En 2018, un autre navire Drake sélectionné par les bailleurs de fonds rejoindrait l'armada... et au fur et à mesure de son développement, il viserait directement cette division.

Star Citizen Drake Vulture In Flight

La Chasse

La plupart des engins spatiaux ont un point d'origine commun, ils sont développés selon des spécifications militaires ou conçus pour répondre à un besoin du marché pour les civils ou les groupes d'entreprises. Le Vultue de Drake Interplanetary a une histoire différente, son développement est né d'une course au trésor.

Le 9 août 2895, le cargo Empire Slipper, battant le pavillon de Terra, a subi ce qui a été déterminé plus tard comme une improbable cascade de défaillances du système, ce qui a eu pour conséquence que les terminaux de la passerelle ont reçu un ensemble de superpositions de navigation complètement incorrect. L'erreur a amené l'officier de navigation du Slipper à tracer une route vers une dense ceinture d'astéroïdes à proximité de la zone de danger de la couronne d'une géante rouge. Une collision avec des débris a ensuite mis hors service les générateurs de bouclier du cargo vieillissant et a malheureusement entraîné une dose de radiation mortelle pour l'équipage. L'Empire Slipper a été laissé à la dérive, sa localisation précise étant inconnue. Comme le cargo était connu pour transporter une grande quantité de métaux précieux et un lot d'œuvres d'art rares, l'intérêt des médias et une opération massive de recherche et de récupération ont suivi. Après huit mois de recherches, un navire de l'UEEN a identifié l'épave du Slipper à la dérive dans la ceinture de débris irradiés, mettant fin aux théories de conspiration selon lesquelles le cargo avait été détourné. Cependant, il est rapidement devenu évident que la région était pratiquement inaccessible à tout navire de sauvetage spécialisé disposant d'une protection suffisante pour survivre à l'opération. MISC, le constructeur du transport, a offert une prime de dix millions de crédits à quiconque serait capable de récupérer l'enregistreur de données de la boîte noire, afin d'expliquer ce qui s'était passé.

De manière inattendue, le fabricant de vaisseaux spatiaux Drake Interplanetary est venu à la rescousse. Cherchant à la fois la prime et les droits de récupération de la cargaison du Slipper, une équipe d'élite s'est réunie sur Borea pour créer un vaisseau spatial de fortune capable de résoudre ce problème particulier. La base de cette construction unique était un prototype de Cutlass AS-1, le Vertical Landing Test 3 (VLT-3). Une fois tous les équipements de test retirés, le VLT-3 est rapidement devenu une plate-forme spécialisée destinée à atteindre l'Empire Slipper et à récupérer sa cargaison. Des générateurs de boucliers lourds ont remplacé une grande partie de la capacité de chargement standard du prototype et une paire de bras télémanipulateurs polyvalents a été boulonnée à la proue. Le résultat était différent de tout autre vaisseau spatial actuellement en vol : un amalgame surprotégé par un bouclier et sous-puissant, suffisamment petit pour naviguer dans le champ de débris tout en gardant son équipage de deux personnes en sécurité. De plus, le VLT-3 pouvait effectuer les opérations de récupération nécessaires en utilisant ses bras externes sans nécessiter d'EVA, ce qui était rendu impossible par la quantité de radiation impliquée.

Quatorze mois après la disparition de l'Empire Slipper, l'équipage d'essai de Drake a commencé les opérations de récupération à partir d'une station spatiale modulaire établie à la hâte et positionnée juste à l'extérieur de la zone de danger. Au cours de trente-six expéditions périlleuses, le VLT-3 est entré à plusieurs reprises dans le champ de débris et a retiré avec précaution les enregistreurs de vol du Sliper, puis, un par un, les précieux conteneurs de fret. Drake a réclamé et reçu les droits de récupération de la précieuse cargaison et a rapidement livré les enregistreurs de vol récupérés à MISC. Cependant, les dix millions de crédits promis ne se sont pas matérialisés car les dirigeants de Drake ont finalement été poursuivis en justice pour la prime lorsqu'on a découvert qu'ils avaient secrètement ouvert et copié les données de vol à bord d'un Data Runner avant de les transmettre.

Modèles de Production

Le succès de la mission du VLT-3 n'a pas seulement été bénéfique pour les résultats de Drake. La fascination du public pour le cargo perdu a donné à la mission de récupération de la société une grande visibilité et a été considérée comme un répit positif pour la société, qui luttait contre les accusations de piraterie. Pendant un certain temps, Drake a été considéré comme une force positive bien que brutale au moment où le marché des petits vaisseaux spatiaux personnels commençait à s'échauffer. Pour profiter de ce succès, la société a envoyé le VLT-3, dont la peinture a été arrachée et la coque recouverte de micrométéorites, dans une tournée de relations publiques à travers neuf systèmes, afin de l'exposer dans des salons aérospatiaux et des musées.

L'enthousiasme suscité par cet exploit s'est estompé et Drake s'est rapidement retrouvé à nouveau embourbé dans la controverse. Le VLT-3 a été remis en stock au moment même où la société était à nouveau accusée de soutenir le piratage à la suite de la destruction coordonnée d'un Hull-D de MISC par quatre Cutlass non enregistrés. La société semblait peu intéressée par le développement formel d'un navire de sauvetage et s'est plutôt tournée vers le concept d'un navire de commandement, le Caterpillar.

En 2932, un Reclaimer d'Aegis Dynamics, le General Dogsbody, est entré dans l'histoire avec la mission de sauvetage la plus rentable de l'histoire de l'humanité lorsqu'il a découvert et récupéré un vaisseau colonial du 22e siècle à la dérive dans l'espace lointain. L'équipage du vaisseau est devenu millionnaire et des célébrités mineures du jour au lendemain, et l'événement a suscité un intérêt beaucoup plus grand pour la tâche de récupération spatial, jusqu'alors peu célébrée. Alors que l'intérêt pour la récupération a explosé et que les équipages ont commencé à mettre en commun leurs fonds pour acheter leurs propres plateformes de récupération, les dirigeants de Drake ont réalisé qu'ils avaient déjà une option plus attrayante dans leur poche.

Une équipe d'ingénieurs aérospatiaux dirigée par Sod Perkins, le concepteur interne de Drake, a commencé à travailler sur le développement du concept VLT-3 pour en faire un vaisseau spatial de récupération autonome. Bien que le nouveau concept soit construit à partir de zéro et n'ait pas besoin du lourd blindage de l'original, la disposition et la fonctionnalité d'ensemble restent étonnamment similaires à celles du prototype. Les premiers bras manipulateurs ont été remplacés par ce que Drake appellera plus tard des Rippers, des bras de récupération autonomes soutenus par un rayon tracteur "Lariot" et une plate-forme de raclage "Tomium". Ces perches permettraient au vaisseau (bientôt appelé Vulture) d'identifier, de déplacer et de découper les débris spatiaux, puis de le stocker dans la soute arrière du navire. Comme le VLT-3, la production du Vulture était orientée vers les commandes de bord plutôt que vers le support EVA. La capacité de l'équipage a été réduite de deux à un, ce qui renforce l'idée qu'un seul pilote peut piloter le Vulture et potentiellement faire fortune de la même manière que l'équipage du Dogsbody. Un petit espace de vie à l'arrière permettrait à l'opérateur solitaire d'endurer de longs voyages, car les sites de récupération sont rarement situés à proximité d'un vaisseau spatial bien fréquenté. Enfin, le Vulture serait équipé de propulseurs de manœuvre et d'un générateur de bouclier surdimensionné pour lui permettre d'effectuer des mouvements prudents impossibles à réaliser avec des vaisseaux plus grands comme le Reclaimer.

Drake a lancé le Vulture en 2938 avec un marketing qui rappelait le succès du VLT-3, notamment en stylisant le nom du vaisseau spatial comme VuLTur3 dans certaines publicités. L'intérêt du public pour la récupération et la recherche de fortune personnelle se poursuit et les commandes dépassent rapidement la capacité de production de Borea. En huit mois, Drake est obligé d'ouvrir deux usines éloignées pour répondre à la demande. Alors que la société était accusée de promettre à des capitaines inexpérimentés la possibilité de réaliser des profits incroyables avec des fabricants concurrents, les Vultures ont immédiatement connu le succès avec la découverte et la récupération de plusieurs coques très en vue. Parmi celles-ci, un Genesis Starliner que l'on croyait détruit depuis longtemps et deux Hull-A qui s'étaient percutés et avaient dévié de leurs routes prévues de manière inattendue. Ces histoires ont été des nouvelles importantes et ont suscité un intérêt continu pour le Vulture.

En 2941, Drake lance le premier modèle actualisé du Vulture. Alors que la première version civile n'était pas du tout armée, le modèle de 2941 ajouta une paire de supports d'armes de taille 1, qui séduisaient les pilotes qui devaient piloter les vaisseaux dans des zones dangereuses et inexplorées de la galaxie. En 2943, la Navy de l'Empire Uni de la Terre a réquisitionné 300 Vultures pour des opérations de soutien sur le champ de bataille. Les versions militaires n'étaient pas renforcées et ne comportaient pas d'armes supplémentaires car elles n'étaient jamais destinées à être utilisées au combat. La livraison de ces vaisseaux a commencé l'année suivante, où ils ont immédiatement été mis en service avec le bras de soutien de la flotte, nettoyant les vaisseaux spatiaux détruits à la suite des batailles toujours plus nombreuses avec les Vanduul. Drake a continué à développer la version gouvernementale du Vulture, car on s'attend à ce que les batailles navales à grande échelle ne fassent qu'augmenter en fréquence et en fureur dans les années à venir. La mise à jour civile la plus récente a été faite pour le modèle de l'année 2949, avec le lancement de la cabine allongée désormais standard, qui augmente la capacité de chargement interne de 8 à 12 SCU. Drake propose actuellement une mise à jour à bas prix pour les anciens Vultures afin de les convertir à peu près à la même capacité et un processus similaire a été mis en place pour l'ajout de supports d'armes à la version initiale de 2938.

Star Citizen Drake Vulture in the JunkYard

La Récupération en Perspective de Développement

Lorsque CIG a interrogé pour la première fois les bailleurs de fonds en 2014 sur les carrières qu'ils aimeraient voir être ajoutées au jeu, la récupération (Salvage) a été l'un des choix les plus populaires. Cela a conduit au développement précoce de la plateforme Reclaimer, un véhicule massif qui était à la fois une machine de récupération, un transporteur de marchandises et une usine spatiale. Comme la plateforme minière Orion, le transporteur Hull E ou le destroyer Javelin, le Reclaimer représentait un navire de fin de série potentiel pour les futures équipes de récupération. C'était le plus grand vaisseau dédié possible qui pouvait tout faire dans le domaine de la récupération et qui représenterait un objectif majeur pour ceux qui travaillent à leur prospérité en collectant et en raffinant les coques abandonnées.

Fin 2017, un engin de récupération en activité n'était plus du domaine de la théorie de la conception et approchait à grands pas. L'équipe avait prévu d'introduire le vaisseau de récupération tant attendu en Alpha 3.2 au cours du premier semestre 2018, puis la récupération devait suivre dans un patch plus tard dans l'année. Ce qui était autrefois un vaste concept de "que devons-nous inclure ?" semblait devenir une réalité. Et tout comme l'Orion avait besoin du Prospector, du Hull-E du Hull-A et du Javelin du Polaris, le Reclaimer devait être équipé d'un navire de récupération de niveau débutant, qui permettrait aux joueurs de découvrir les nouvelles mécaniques, et aux concepteurs et testeurs de mieux expérimenter leurs travaux en cours. Le navire de récupération d'entrée de gamme de 2018, qui n'avait pas encore de titre, serait le véhicule qui permettrait aux futurs équipages de récupérateurs de commencer leur carrière.

Mais qui le construirait ?

Né d'un Sondage au résultat inattendu

La nécessité d'un navire de base pour tirer parti du travail d'ouvrier de récupération en plein essor ne signifiait pas nécessairement qu'il fallait l'ajouter à la flotte de Drake. En fait, à la fin de l'année 2017, au sein de CIG l'avis général était que la petite mission de récupération serait confiée à l'une des autres compagnies... jusqu'à ce qu'un vote surprenne tout le monde.

Dans le cadre de la célébration de l'anniversaire de fin d'année 2017, l'équipe de conception des navires a décidé de demander à la communauté Star Citizen quel navire Drake elle souhaitait voir développer ensuite (Cf. vidéo Happy Hour Gamedev: YOU Pick the Next Drake Ship en fin d'article). Le sondage a permis de présenter brièvement trois navires possibles qui faisaient l'objet de discussions internes :

  • Un Navire de Récupération d'Entrée de Gamme, Nom de Code "Vulture".
  • Un Navire d'Exploration à équipage multiple, Nom de Code "Corsair".
  • Un Navire Capital de transport de vaisseaux, Nom de Code "Kraken".

Contre toutes attentes, alors que l'équipement de développement avait supposé que le Kraken serait le grand gagnant de ce sondage, il s'est avéré que la communauté a fait un tout autre choix.

Les pilotes du Verse avaient depuis longtemps demandé à pouvoir disposer de leur propre porte-vaisseaux capable de contenir plusieurs petits navires de servitude et le lier à Drake semblait en faire un gagnant évident. Qui pourrait refuser l'opportunité de commander une petite base d'attache desservant les Caterpillars, les Buccaneer et les Cutlass ?

Il s'est avéré que pour un certain nombre de personnes, l'attrait du concept de récupération des Vultures s'est avéré trop grand et a réussi à battre le Kraken de 44% à 37%. Soudain, un navire de récupération de Drake Interplanetary était au programme !

Du Conte de Fée à la Réalité

J'aurai tant voulu pouvoir poursuivre cet article en écrivant une fin heureuse sur la production du Vulture en 2018, mais malheureusement, forcé de constater que le la suite fut bien plus compliquée. Depuis, le Vulture n'a connu que reports sur reports avant de disparaitre des radars de la chaîne de production. A ce jour (Début 2021 pour remettre l'article dans son contexte), le Vulture n'est même plus au tableau des productions à venir et les heureux possesseurs de ce vaisseau, dont je fais partie, en sont à se demander s'il arrivera un jour...

Dans le cadre du développement d'un jeu de l'ampleur de Star Citizen, on sait bien que tout n'est que question de priorité. Tant que CIG en n'aura pas terminé avec l'implémentation de la persistance il est fort peut probable que la carrière de récupérateur ne voit le jour et que le Vulture soit continuellement repoussé. De plus, il est actuellement fort probable que la priorité de CIG soit de finaliser une chaîne complète de Gameplay de récolte (En l'occurrence le minage) avant d'envisager d'en entamer une nouvelle. Donc en soit, ne pas voir le Vulture est rageant, mais il faut une fois encore savoir se montrer patient. De ce fait, il est encore difficile de donner un véritable avis sur un vaisseau bourré d'inconnus et cela malgré une foire aux questions qui se veut rassurante.

En l'état, le seul est unique point fort du vaisseau n'est autre que le fait que ce soit le seul vaisseau de récupération jouable en solo, pour le reste, je doute fort que le Vulture soit plus maniable qu'un Prospector, quant à son armement, il est purement symbolique et je ne me vois pas repousser ne serait-ce qu'un Buccaneer avec deux pauvres armes de taille 1. Même si le Vulture est présenté comme un vaisseau pouvant œuvrer en solo dans l'espace profond, il n'en reste pas moins que toute rencontre avec un ennemie risque fort d'ajouter une nouvelle épave au Verse qui ne sera pas celle de l'assaillant...

Du fait que le gameplay de récupération (Salvage) soit encore inconnu, il est encore difficile de dire si la capacité de 12 SCU du Vulture sera suffisante, d'autant que cette dernière est partagée avec les éventuelles caisses d'équipement du pilote et les récupérations faites en EVA. D'ailleurs, dans le cadre du Work in Progress du Jump Point de juillet 2018, John Crewe a même souligner que cette faible capacité de transport ce veut volontaire pour conduire le joueur à faire des choix entre la récupération de composants et celle de matériaux. On peut dès lors s'interroger sur la réelle rentabilité du vaisseau pour laquelle la foire aux questions ce veut rassurante, CIG fera le nécessaire pour qu'un récupérateur y trouve son compte, mais à ce jour le Vulture est essentiellement basé sur le niveau de confiance que l'on peut accorder à CIG sur l'avenir de ce vaisseau.

Points forts :

  • Seul récupérateur solo du jeu.

Points faibles :

  • Vaisseau qui ne connait que des reports depuis fin 2017.
  • Trop d'inconnus sur son gameplay et sa rentabilité.
  • Armement symbolique.
  • Maniabilité probablement digne du Prospector.
  • Cargo partagé de 12 SCU trop faible à mon goût.
  • Augmentation probable de $15.00 HT minimum à la sortie.
VulturePrix HTPrix TTC 
Vulture $140.00 152.88€ Vulture
Entrepreneur Pack $600.00 655.20€ Pack de 5 vaisseaux LTI
Tycon Pack $2,500.00 2,730.00€ Pack de 10 vaisseaux LTI

Valoriser la Ferraille

Cela va être la principale difficulté de CIG concernant le Vulture, et la foire aux questions qui suit reflète bien l'inquiétude des bailleurs de fond à ce sujet. Face au fait que n'importe qui équipé d'un multiTool et d'un vaisseau cargo peut effectuer une sortie EVA pour aller désosser une épave afin d'y récupérer les composants de valeur, on peut se demander comment CIG compte donner une quelconque valeur à la ferraille que le Vulture va entasser dans son espace Cargo ?

La réponse qui me semble la plus évidente serait qu'un vaisseau n'est pas composé uniquement de ferraille, mais comporte aussi divers métaux comme le cuivre, l'or, le platine, etc. Et qu'au même titre qu'un pilote de Prospector doit effectuer une sortie EVA pour récupérer les cristaux à la surface d'un astéroïde, puis retourner à son vaisseau pour éclater la roche et ne récolter que les morceaux contenant des ressources, le pilotes de Vulture devra probablement faire de même...

Dans un premier temps il lui faudra explorer une épave afin d'y récupérer divers composants encore exploitables, puis ensuite il lui faudra découper l'épave pour isoler les métaux aillant une réelle valeur, laissant derrière lui la véritable ferraille. Bien évidemment, cela reste une hypothèse, mais cela me semble évident que le rôle du Vulture ne sera pas de récupérer du "Scrap" (de la ferraille) comme on pourrait le croire au premier abord, mais bien de faire le tri dans cette ferraille afin d'en isoler les métaux de valeur.

En soit, le Vulture est-il un vaisseau potentiellement viable ?

Probablement, oui, car si cela n'était pas le cas cela serait un véritable échec de la part de CIG dans le cadre du développement de la carrière de récupérateur et il me semble tout simplement inimaginable de penser le contraire.

Le Vulture répondra-t-il aux attentes d'un joueur en solo ?

Là encore, oui, du moins autant qu'un Prospector. Les dangers d'œuvrer en solo seront comparables à celle d'un Prospector, avec la même part de risque face aux éventuelles rencontres sans la protection d'une escorte si ce n'est que contrairement au Prospector qui peut œuvrer un peu partout dans le Verse, le Vulture devra se focaliser sur des zones de conflits potentielles pour y trouver des épaves et il se peut qu'à la longue le métier de récupérateurs de l'espace soit plus à risque que celui de prospecteur minier...

Enfin, le Vultre est-il indispensable au Salvage ?

He bien j'ai envie de répondre "autant que le Prospector ne l'est au FPS minier". Vous pourrez probablement aborder la carrière de récupération avec un simple multiTool, mais le vaisseau sera nécessaire pour aller plus loin dans la profession et deviendra indéniablement un incontournable comme le sont le Prospector et le Mole à la prospection minière.

Star Citizen Drake Vulture overlooking Canyon

Foire aux Questions

Le Vulture a-t-il une synergie particulière avec d'autres navires Drake comme le Caterpillar ? Par exemple, l'arrière du Vulture semble pouvoir facilement reculer jusqu'à la porte avant du Caterpillar pour faciliter le déchargement de la cargaison de récupération.

Il n'est pas prévu de créer une synergie avec d'autres navires Drake comme le suggère l'image, mais l'idée est intéressante et devrait fonctionner en théorie avec le Caterpillar et d'autres navires d'une configuration similaire.

Le Vulture a 12 SCU, mais le MISC Prospector, un mineur d'entrée de gamme similaire, en a 128. Avec cette différence significative de cargaison, comment les bénéfices différeront-ils entre les navires ?

Le Prospector a sa capacité de 128 SCU répartie sur ses multiples conteneurs à sacoche, mais il ne peut pas contenir les 128 SCU en une seule fois et doit détacher ces conteneurs pour continuer à collecter du matériel. Chaque conteneur contient actuellement 8 SCU, donc sans les détacher, le Prospector ne peut naturellement contenir que 32 SCU en une seule fois, la valeur actuelle étant de 32.

Un maigre 12 SCU de ferraille sera-t-il économiquement viable, compte tenu du fait que la ferraille n'a généralement pas beaucoup de valeur en tant que marchandise, sans compter le coût de la combustion du carburant, le coût des frais de démolition et le risque d'exploiter un navire relativement peu défendu dans des environnements potentiellement dangereux ?

Comme pour tout ce qui est basé sur l'économie, nous allons revoir le rapport profit/heure et procéder à des ajustements si nécessaire. Les gens ne devraient pas spéculer sur la viabilité du Vulture en se basant sur les prix actuels de la ferraille en jeu, car ceux-ci ne sont pas les mêmes que ceux que le Vulture produira. En interne, nous avons discuté de la taille de la soute pendant la phase de conception et nous nous sommes assurés que si nous devions l'agrandir, elle pourrait être alignée sur les autres navires de départ de la profession sans nécessiter de travaux importants. De même, si nous pensons que les conteneurs Prospector faussent la comparaison, leur capacité peut être réduite.

Puisque le Prospector peut scanner pour localiser les nœuds exploitables, le Vulture aura-t-il à bord une technologie de scannage similaire pour dire à son pilote quels composants sont encore récupérables/utilisables et lesquels ne le sont pas au lieu de devoir faire une EVA pour vérifier manuellement ?

Absolument, tous les navires auront la capacité de scanner et certains navires, comme le Vulture, disposent de scanners améliorés spécifiquement adaptés à ce rôle.

Star Citizen Drake Vulture in Action

Les 12 SCU de l'espace de chargement comprennent-elles l'espace nécessaire au stockage des cubes de récupération, ou existe-t-il une cale différente spécifiquement pour cela ?

L'espace de chargement des 12 SCU est la grille de chargement pour les cubes et les objets récupérés que vous souhaitez légitimement stocker. Bien entendu, comme dans tous les navires, vous pouvez placer des objets en dehors des grilles de chargement. Cependant, cela présente des inconvénients, comme le fait que votre cargaison n'est pas sécurisée et risque d'être endommagée, et qu'elle n'est pas reconnue ou détectée par le kiosque ou les interfaces de vente comme étant des marchandises légitimes à vendre.

Si les composants intacts sont généralement plus précieux pour la récupération à faible volume que la ferraille comprimée, et que le Vulture ne peut sécuriser ces objets que par une EVA du pilote, pourquoi les joueurs trouveraient-ils plus souhaitable d'utiliser le Vulture pour une récupération légère plutôt que pour un vaisseau de combat/transport léger mieux défendu et/ou moins cher comme le Hornet, le Cutlass, le Freelancer ou l'Aurora CL ?

La récupération des composants n'est qu'une partie de la carrière de récupération, et bien que n'importe quel navire puisse techniquement le faire, le Vulture est équipé pour l'ensemble du processus (grattage, traitement et démantèlement du navire), ce qui vous permettra de tirer un maximum de profit de vos voyages plutôt que de vous contenter de saisir des composants. Le Vulture, et d'autres navires de récupération tels que le Reclaimer, sont équipés de scanners de récupération dédiés qui vous permettent d'identifier les composants et leur état beaucoup plus facilement que les navires non dédiés. Ainsi, alors que vous pourriez dépouiller chaque élément d'un navire abandonné dans un Cutlass, 90 % de sa valeur pourrait être si faible que le propriétaire du Vulture retournerait essentiellement le même bénéfice final en ne s'emparant que des 10 % identifiés comme valables.

Un exemple à utiliser serait l'exploitation minière en 3.2. Les joueurs peuvent simplement fracturer et extraire chaque roche en vue, mais sans scanner et examiner leur composition et sans les fracturer soigneusement, les rendements seront faibles par rapport à un joueur qui cible spécifiquement les actifs de grande valeur.

Étant donné que le concept initial du Vulture, pour lequel la communauté a voté, mettait l'accent sur un navire orienté vers la récupération de composants de valeur plutôt que sur le traitement de grands volumes de déchets de faible valeur, qu'est-ce qui a motivé le passage à un navire de récupération de matières premières de faible volume et de faible valeur ?

Au cours de la phase de conception, nous avons commencé avec le processus de récupération des composants comme objectif principal, mais au fur et à mesure que nous avancions dans les concepts, il est devenu évident que ce n'était pas un rôle particulièrement intéressant ou satisfaisant pour le navire. C'est pourquoi nous avons décidé de faire du Vulture une introduction plus complète à la récupération, couvrant tous les principes de base.

Étant donné que le Vulture ne peut transporter qu'une quantité de ferraille compressée équivalant à peu près à celle d'un chasseur, pourquoi a-t-on donné la priorité à des caractéristiques de vie à bord plutôt que d'en faire simplement un voyageur d'un jour avec un espace de stockage accru pour la cargaison et/ou de meilleurs outils pour récolter des éléments intacts ?

L'hébergement des joueurs et les caractéristiques de la vie à bord auront un rôle à jouer à l'avenir. C'est pourquoi nous avons décidé que les navires d'entrée de gamme devraient avoir ces caractéristiques de base pour aider les joueurs solitaires à passer de longues périodes loin de la base, plutôt que de nécessiter une planification de type "daytripper".

Star Citizen Drake Vulture Interior

Y aura-t-il des risques associés à la récupération, comme dans le cas du minage ? Par exemple, la rupture d'une conduite de carburant, le tractage d'un fil sous tension ou l'effondrement d'une structure ?

Il est certain que, comme dans l'industrie minière, nous ne voulons pas qu'il suffise d'un clic pour sortir du métier de mécanicien, mais qu'il faille un certain niveau de compétence pour contrôler le retour sur investissement des matériaux récupérés.

Étant donné que le Vulture nécessite un découpage manuel de la ferraille, sera-t-il livré avec les outils à main nécessaires ou devront-ils être achetés séparément ?

Chaque Vulture est équipé du Multitool qui peut être utilisé pour souder et découper des objets, ainsi que d'un ensemble complet de charges de démolition.

12 SCU de cargaison... ok, faisons un peu de calcul. La zone de cargaison doit avoir au moins 2 SCU de large et 2 SCU de haut. Donc 2 × 2 x L = 12 SCU ; L = 3. Donc la zone de cargaison doit avoir une longueur d'environ 3 SCU. À titre de comparaison, une centrale électrique de taille moyenne (comme celle du Terrapin par exemple) a environ la taille d'un SCU. Conclusion : Le travail le plus rentable dans le domaine de la récupération est de trouver des composants usagés qui fonctionnent encore, donc les couper en plus petites pièces n'est pas une option.

Le pilote d'un Vulture peut donc stocker jusqu'à 12 composants de taille moyenne.
N'est-ce pas un peu petit ?
Ou ai-je oublié un aspect important de la récupération ?

Comme mentionné précédemment, nous nous assurerons que le rendement est approprié d'un point de vue économique et qu'une méthode de récupération n'est pas largement supérieure à l'autre. Il est extrêmement peu probable que les composants récupérés d'un navire soient en parfait état et leur valeur diminuera de manière appropriée, en supposant que vous puissiez trouver un acheteur disposé à accepter des articles dans cet état. En revanche, les matières premières traitées et compactées provenant de la récupération seront facilement achetées par la plupart des sites de fabrication et les raffineries.

Y a-t-il des propulseurs VTOL sur le navire ? La section RTV a mentionné que le Vulture avait des propulseurs VTOL au lieu d'un système grav-lev, mais la description du navire ne comporte que des propulseurs principaux, rétro et de manoeuvre.

Il s'agit juste d'un oubli sur la matrice du navire et sera bientôt mis à jour. Le navire dispose de deux propulseurs VTOL dédiés dans les nacelles avant, à l'arrière du train d'atterrissage, et les deux moteurs principaux arrière auront des capacités VTOL si nécessaire. Un premier concept prévoyait qu'ils fassent du guidage de poussée, mais cela n'a pas été pris en compte dans les images ultérieures. Nous pouvons simplement utiliser un propulseur intégral supplémentaire en fonction de ce qui peut être mis en œuvre au moment de la production et si cela est nécessaire en fonction des autres propulseurs du navire et de leurs capacités.

Star Citizen Drake Vulture Schematics

Le Vulture en Vidéos

Star Citizen: Around the Verse - Vulture Views and Weapons 2

 

Star Citizen: Reverse the Verse LIVE - A Wild Vulture Appears!

 

Vidéo Happy Hour Gamedev: YOU Pick the Next Drake Ship

Vidéo de décembre 2017 de présentation des vaisseaux Drake à venir et proposant le vote qui aurait dû conduire à la production du Vulture en jeu.

Happy Hour Gamedev: YOU Pick the Next Drake Ship

 

Salvage

Petite aparté car lors de discussion sur des forums ou les discords, il m'arrive de voir des joueurs parler du Salvage et des vaisseaux associés comme étant une activité de "sauvetage", et cela peut porter à confusion.

Il est vrai que les outils de traduction automatique on généralement tendance à traduire le mot "Salvage" par "Sauvetage", mais ici il est bien question d'une carrière de récupérateur d'épaves, de ferrailleur ou même de recycleur, mais en aucun cas d'une activité de sauvetage. Même s'il vous sera toujours possible de sauver un pilote à l'occasion avec votre Vulture ou votre Reclaimer, je doute fort que ce dernier apprécie de vous voir découper son vaisseau pour en récupérer les ressources...

Donc assurez-vous bien de ne pas vous m'éprendre sur le fait qu'ici il est bien question d'une activité de recyclage d'épaves, si vous recherchez un vaisseau de sauvetage au véritable sens du terme, regardez plutôt du côté du SRV d'Argo Astronautics.

Notes et Références

citizen-logbook.com est entièrement dédié à Star Citizen et Squadron 42. J'ai conçu ce site dans le but de partager mon expérience en jeu sans pour autant avoir la prétention de créer une encyclopédie dédiée au jeu, ni même un site d'information à grande échelle, bien qu'avec le temps le site prend de plus en plus d'ampleur. Il faut voir ce site comme étant un "Carnet de Notes" dans lequel j'ajouterai toutes sortes d'informations. Que cela soit un article, un vaisseau, un système ou même un coup de coeur, coup de gueule, etc. Le site évoluera en fonction de mes envies. Si mes articles vous donnent envie de vous lancer dans cette grande aventure qu'est Star Citizen, inscrivez-vous et recevez un bonus de 5000 UEC à la création de votre compte via mon referral : STAR-QP2M-YLS3.

-- ile-avalon